Japon : Des étudiants arrêtés pour vouloir combattre en Syrie

Ecrit par

Les étudiants sont décidément les victimes les plus enrôlées par les djihadistes pour combattre en Syrie... Et alors que des étudiants japonais se préparaient à rejoindre leurs "frères", ils ont été interceptés par la police. meltyCampus fait le point.

L'information est tombée hier, plusieurs étudiants japonais ont été arrêtés car suspectés de vouloir combattre en Syrie. Seraient-ils de nouveaux djihadistes ? Une chose est sûre, ils préparaient depuis un moment leur départ pour la Syrie qui aurait dû avoir lieu cette semaine. Cette récente arrestation à Tokyo nous étonne d'autant plus que nous ne sommes pas habitués à rencontrer des japonais musulmans car leur communauté est extrêmement réduite au Japon. Pourtant, ces étudiants ont bien été une nouvelle fois victimes de la menace des djdihadistes. Agés d'une vingtaine d'années, ils sont présentés aux médias comme des étudiants qui désertaient progressivement les cours tandis que l'un d'entre eux âgé de 26 ans était inscrit à l'université d'Hokkaido. Comment ont-ils été recrutés ? Certains ont été victimes des ciber-djihadistes qui agissent sur internet. Un problème sur lequel meltyCampus s'était interrogé et qui représente un phénomène trop fréquent pour être négligé. Plus étonnant, l'étudiant de 26 ans a décidé de combattre auprès de l'Etat Islamique après avoir vu une affiche dans une librairie qui se situe à Akihabara, un quartier de Tokyo décrit comme le centre culturel pour les jeunes. Cette affiche proposait un travail en Syrie et toute personne intéressée devait s'adresser directement au personnel de la librairie.

Japon : Des étudiants arrêtés pour vouloir combattre en Syrie

Selon le site i-Télé, les policiers mènent leur enquête auprès du domicile des étudiants, du personnel de la librairie et de leurs liens éventuels avec l'Etat Islamique. Le principal objectif est de savoir si les policiers peuvent arrêter ces étudiants en vertu d'un article du code pénal : "La préparation ou complot de manière personnelle d'une guerre contre une nation étrangère". Cet article prévoit une peine d'emprisonnement comprise entre trois mois et cinq ans sans travaux forcés. Depuis plusieurs mois, les policiers étaient sur la piste d'un recruteur djihadiste d'origine japonaise et cette nouvelle arrestation vient accélérer l'enquête. Le Japon est particulièrement sévère lorsqu'il s'agit de la décision de ses citoyens à s'engager dans une armée étrangère. Cet acte est considéré comme un véritable crime et est passible de cinq ans d'emprisonnement. Le phénomène d'enroulement des jeunes par l'Etat Islamique est particulièrement surveillé d'autant qu'en France, plus de 500 jeunes sont partis en Syrie.

Source : i-Télé