J'ai testé pour vous être musicienne professionnelle #1

Ecrit par

Petit, on avait tous le rêve de devenir chanteur, top model ou encore acteur. Moi, je voulais être violoniste professionnelle et j’ai vu à quoi ça ressemblait !

Quand tu es inscrite au conservatoire depuis tes six ans (voire moins), deux voies s’offrent à toi. Tu peux soit faire partie des élèves talentueux qui deviendront les futurs grands musiciens du siècle (environ 2% du conservatoire), soit profiter de ton activité extra-scolaire. Sans surprise, vous vous doutez bien que je fais partie de la seconde catégorie. J’ai très vite compris que je n’avais pas assez confiance en moi pour exceller au violon, mais je pouvais au moins me la péter en disant que je savais lire une partition avant même de savoir lire le français. Ça marchait à tous les coups ! Arrivés aux années du bac, les élèves désertent souvent le conservatoire pour se consacrer à leurs études et à leur vraie vie. Moi, j’ai préféré continuer à m’y consacrer, oui, je suis folle ou je savais vraiment pas quoi faire plus tard. Alors quand il y a plus d’un mois, on m’a proposé de jouer aux côtés d’un orchestre symphonique professionnel, j’ai nommé l’orchestre Divertimento, j’ai dit oui. Même si je devais écrire mon mémoire, je ne pouvais pas louper cette occasion unique. Pourtant, meltyCampus m’avait prévenu qu’il arrivait toujours des choses quand on voulait commencer à écrire son mémoire… Je voyais déjà mon rêve se réaliser et faire une tournée dans toute la France en commençant par la salle Pleyel. Pour ceux qui n’y connaissent rien, c’est LA salle dans laquelle tout musicien du monde entier rêve de jouer un jour.

J'ai testé pour vous être musicienne professionnelle #1

Pour être honnête, la réalité était un peu différente. Loin d’avoir été repérée par un agent grâce à mon talent exceptionnel lors d’un concert, j’ai seulement été sélectionné par mon prof avec d’autres élèves. Eh oui, le but était de permettre aux élèves de différents conservatoires de jouer avec des pros. Comme nous ne sommes que des débutants, nous avons eu le droit à la simplification d’un morceau, mais attention, pas n’importe lequel : le mouvement 4 de la Symphonie du nouveau monde. Mon morceau préféré ! Oh, ne jugez pas mes goûts musicaux, j’en ai marre d’écouter en boucle la playlist du 4L Trophy pour m’imaginer être au Maroc. Les semaines passent et vu le peu de notes que je dois jouer, je me dis que ça va être “fingers in the nose”. Ça, c’était avant qu’on décide de supprimer ma partie (alerte info : dans un orchestre, tous les violons ne jouent pas la même chose et chaque groupe joue une “partie” différente). Une semaine à peine avant la première vraie répétition avec les élèves des autres conservatoires et la chef d’orchestre, on me change ma partie (bien plus dure). Comme un malheur ne vient pas tout seul, on apprend qu’il y avait deux autres morceaux à jouer. Chouette, merci de nous prévenir. Quitte à participer autant jouer plus, mais c’était sans compter la crainte de mes profs : “vous n’allez pas apprendre un nouveau morceau, une semaine avant le concert ?”. Euh… bah si. Résultat, on se retrouve à jouer deux partitions sur trois ; on n'a pas peur de prendre des risques.

animated animated GIF

Vient la répétition tant attendue et là, ça ne rigole pas. On est bien loin de la petite ambiance festive et légère de l’orchestre de mon conservatoire. Là, on entre dans le monde du travail et la chef d’orchestre est la première à nous le dire “que vous soyez professionnels ou non, on attend exactement la même chose de vous”. Au moindre regard de côté et au simple “bavardage”, on était rappelé à l’ordre. J’avais l’impression de retourner au collège et de ne pouvoir plus rien faire à part travailler. C’est à ce moment là qu’on se rend compte que la fac c’est bien mieux que le lycée/collège ! Je n’avais pas été autant concentrée de ma vie depuis un bon bout de temps et à la fin de la répet, j’étais crevée. Il fallait intégrer en peu de temps tous les conseils qu’on nous disait et pour le coup, il fallait être précis. Tout le monde devait mettre son archet au même endroit (pourquoi autant de précisions ?) et jouer de la même manière. Bref, on avait intérêt à assurer car c’était notre seule et dernière répétition avant le jour J. Comment s’est passé le concert ? Il faudra attendre la semaine prochaine même heure (on a l’impression d’être dans Glee !)