Iran : Toujours plus de répression contre les étudiants

Ecrit par

La répression à l'égard des étudiants s'accentue en Iran. Les femmes se voient interdire l'accès à certaines filières, tandis que les arrestations de militants se multiplient.

Si la rentrée universitaire en France se fait dans le calme, ce n'est pas forcément le cas ailleurs. En Iran, les étudiants subissent actuellement une très forte répression, et voient peu à peu leurs libertés disparaître. Par exemple, les femmes se voient interdire l'accès à certaines filières. Mais il n'y a pas que ça : du côté des membres de minorités religieuses, ainsi que des militants étudiants, les arrestations se multiplient. Certains se voient interdits d'universités, pour avoir usé de leur liberté d'expression. "Les autorités iraniennes doivent mettre fin au cycle de répression qui vise les étudiants universitaires et qui a contribué à instaurer un climat de peur à l’approche de la rentrée" a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

"En interdisant aux étudiants de poursuivre leurs études en raison de leur genre, de leurs croyances ou de leurs activités militantes pacifiques, les autorités iraniennes bafouent les obligations qui sont les leurs au regard du droit international" a-t-elle poursuivi. Le système universitaire iranien, pour repérer les étudiants "perturbateurs", utilise un système de marquage : les étudiants investis dans des associations politiques ou de défenses des droits humains, même pacifiques, se voient attribuer des "étoiles" sur leurs dossiers scolaires. Au bout de trois étoiles, l'étudiant est généralement interdit de fac. "Tous les étudiants incarcérés en Iran qui sont des prisonniers d’opinion, comme Behareh Hedayat, Majid Tavakkoli et Zia Nabavi, doivent être relâchés immédiatement et sans condition" affirme Ann Harrison.

Iran : Toujours plus de répression contre les étudiants - photo
Iran : Toujours plus de répression contre les étudiants - photo
Iran : Toujours plus de répression contre les étudiants - photo