Insolite : Une étudiante doit quitter la salle de gym à cause de sa tenue !

Ecrit par

Tenue correcte exigée, même pour suer sur un tapis roulant. Une étudiante a dû quitter la salle de gym de son campus à cause de sa tenue jugée "trop révélatrice".

Cette étudiante n'en revient toujours pas. Le 20 janvier 2016, Grace DiChristina a été expulsé de la salle de sport de son campus, le Malley Fitness Center. Elle était venue pratiquer sa séance d'exercice hebdomadaire. La responsable de ce complexe mixte lui a expliqué que sa tenue n'était pas règlementaire. L'étudiante de première année portait des baskets, un leggins et un t-shirt sans manches qui montrait son nombril. D'après la responsable, l'ensemble n'était pas compatible les normes d'hygiène pour la lutte contre le Staphylococcus aureus (ou Staphylocoque doré) résistant à la méticilline (SARM). C'est le genre de choses auxquelles les étudiants ne veulent pas penser pendant le sport. En 2003, cette infection était responsable des deux tiers des septicémies par staphylocoque aux États-Unis. Le SARM se transmet par contact de peau à peau, ou à travers un support en contact direct avec la peau... comme les poignées d'une machine de sport, par exemple. "Dans ce cas, pourquoi ne nous oblige-t-on pas à porter des gants ?" demande-t-elle.

Pour éviter la contagion, elles sont nettoyées régulièrement avec le plus grand soin. Par ailleurs, toujours selon la responsable de la salle, la Santa Clara University est une institution jésuite. Comprenez que les élèves doivent se soumettre à un code vestimentaire et à des règles de comportement très strictes concernant les rapports entre les deux sexes dans les espaces publics mixtes. Pour Grace DiChristina, il s'agit d'une discrimination sexiste. Elle n'est pas la première étudiante à s'indigner du double standard dans le règlement intérieur des établissements scolaires. La jeune femme a partagé son indignation sur Facebook. Pourquoi a-t-elle été exclue, alors que les garçons portent des marcels très lâches, destinés à monter leurs muscles ? "Culpabiliser les femmes n'aide pas à prévenir la maladie. Leurs muscles étaient bien plus à risque que les quelques centimètres carrés de peau de mon ventre !" dit-elle. Que penses-tu de cette histoire ?

Source : HerCampus