Insolite : Jouer aux jeux vidéo est vu comme un sport à la fac Robert Morris !

Ecrit par

Avoir une bourse "sportive" pour jouer aux jeux vidéo et aller à la fac gratos ? C’est possible dans une université américaine qui n’a pas peur de l’innovation !

Jouer aux jeux vidéo, un sport ? Dans cette fac américaine (encore et toujours), c’est oui ! Ce sont les accros de la discipline qui sont ravis, tels Youngbin Chung, san franciscain addict, avec plus de 10 heures de pratique à son actif par jour. Robert Morris, une université de 3000 étudiants, l’a accueilli et il dirige depuis une équipe de joueurs de League of Legends qui se livrent une bataille sans merci dans une salle sombre de la fac. La fac estime que les facultés nécessaires pour jouer aux jeux vidéo ne sont pas différentes de celles nécessaires pour être un bon sportif. Il faut une "grande concentration, être stratège, prédire le jeu de ses adversaires et avoir des bons réflexes". Le jeune vingtenaire addict y étudie même grâce à une bourse "athlétique" de 15 000 dollars (plus besoin d’expliquer les études hors de prix des Etats-Unis) pour jouer aux jeux vidéo. Bien entendu, le jeune étudiant n’y aurait "jamais cru" (et nous non plus). Mais ils sont pourtant 35 étudiants à bénéficier de cette bourse spéciale "jeux vidéo". Nova Play est de son côté le premier concours étudiant de jeux vidéo !

Insolite : Jouer aux jeux vidéo est vu comme un sport à la fac Robert Morris !

D’habitude, ce sont les sports qui ont la part belle aux Etats-Unis (où les cheerleaders ne sont pas toujours au top !) pour obtenir une bourse. Robert Morris a voulu renverser la tendance, et estime que cette activité "enrichit la vie du campus et que ces étudiants pourraient figurer parmi les meilleurs et ainsi améliorer les résultats de la fac". En tout cas, couvrant le coût total de 19 000 dollars (plus de la moitié de la valeur des cours et du prix de l’hébergement), la bourse vaut le coup pour les amateurs de la League of legends, se battant 5 contre 5 dans ce jeu. Les premiers entrainements on eu lieu le mois dernier dans une classe aménagée pour l’occasion, contre la coquette somme de 100 000 dollars, avec écran géant et ordinateurs. Une pratique de plus en plus considérée comme un sport, ce qui n’est pas du goût de tout le monde. John Skipper, le président d’ESPN a qualifié le championnat du monde de la discipline (se tenant à Séoul le 19 octobre prochain) de "non sport".