Insolite : Cette lycéenne veut la mort de l'école buissonnière !

Ecrit par

Quand le prof doit faire l'appel devant la classe, il perd toujours du temps. Une lycéenne française invente un objet connecté qui résout le problème.

Le cahier traditionnel d'appel, pour les profs quelle galère... une fois sur deux, il est oublié ou perdu. Philippine Dolbeau (16 ans) propose de le remplacer par une version 2.0. Cette lycéenne a créé sa start-up New School en 2015. Son idée, fournir à chaque élève un boîtier connecté avec iBeacon (technologie NFC). Une application sur le téléphone du professeur enregistre la présence des boîtiers et l'appel se fait automatiquement en entrant en classe". Le processus dure environ 10 minutes, pendant lesquelles le professeur peut commencer son cours. Le professeur pourrait ainsi économiser 28 heures, soit une semaine et demi de cours par an" explique la jeune fille sur le plateau de BFM Business. Quand un élève manque, les parents reçoivent directement un sms. Un principe qui nous rappelle l'appli américaine Class120 qui prévient les parents quand tu sèches les cours à la fac. Pour Philippine Delbeau, c'est avant tout "un moyen d'assurer la sécurité des élèves et de lutter contre l'absentéisme." La lycéenne souligne que par souci de gagner du temps, certains profs ne font même plus l'appel.

Insolite : Cette lycéenne veut la mort de l'école buissonnière !

Bien sûr, ça ne marche que si l'élève garde la capsule sur lui. S'il la refile à un complice, le principe tombe à l'eau. Si ça leur évite d'être oubliés dans une cellule pendant 5 jours, ça reste une bonne idée. Philippine Dolbeau a eu son idée pendant un cours d'économie, où les élèves devaient imaginer leur mini-entreprise. Elle l'a développée avec un designer et un développeur. Son projet a remporté le concours de jeunes talents HYPE AWARDS (catégorie espoirs), organisé par Digischool le 30 mai 2015 à Paris. La jeune auto-entrepreneuse voit grand pour New School. Philippine Delbeau a été approchée par Apple en juillet 2015 à Londres. Sa société pourrait à terme fournir de nouveaux services dématérialisés, comme le paiement de la cantine ou l'emprunt de livres à la bibliothèque. Pourquoi pas "devenir une plateforme où enseignants et étudiants pourront partager des ressources éducatives" explique la lycéenne. Un programme test a déjà été lancé en janvier 2016 dans un établissement scolaire des Yvelines. Que penses-tu de son idée ?

Source : BFM