Inde : La famille de la victime exige la peine de mort pour ses bourreaux

Ecrit par

La famille de l’étudiante indienne violée, décédée samedi, exige que ses bourreaux soient pendus. La peine capitale existe en Inde mais est cependant rarement appliquée.

meltyCampus vous l’annonçait, l’étudiante indienne en kinésithérapie, qui avait subit un viol collectif à New Delhi est décédée samedi suite à ses blessures. Son frère a par la suite déclaré dans le journal Indian Express, réclamé la pendaison des bourreaux de la jeune étudiante de 23 ans. "Le combat a juste commencé. Nous voulons que tous les accusés soient pendus et nous nous battrons jusqu'au bout pour cela." Un souhait difficilement réalisable étant donné que l’Inde, où la peine de mort existe, n’a exécuté que deux peines capitales en 8 ans, dont l’une sur le survivant du commando responsable des attentats de Bombay de novembre 2008. Selon le récit de la victime et de son compagnon, le viol collectif a été perpétré par six individus. Ce drame a déclenché une série de manifestations de la part des femmes et des étudiants indiens.

Inde : La famille de la victime exige la peine de mort pour ses bourreaux

Le père de la victime s’est également adressé au même journal, comme le rapporte l’Express. Dans cet entretien, celui-ci a fait part de sa détresse de père depuis l’annonce de la mort de sa fille, qui a été incinéré dimanche à New Delhi, après que son corps ai été rapatrié de Singapour où elle était soignée. "C'est trop douloureux. Je n'ai pas pu retourner voir sa chambre. Elle est née dans cette maison. Ses livres, ses vêtements, tout est là. Il est difficile de se dire que je n'entendrai plus jamais sa voix, qu'elle ne me lira plus jamais de livres en anglais" a t-il déclaré. Pour financer les études de sa fille, il avait vendu ses terres. La famille vit désormais au bord de la misère dans un appartement proche de l’aéroport de Delhi.

Inde : La famille de la victime exige la peine de mort pour ses bourreaux - photo
Inde : La famille de la victime exige la peine de mort pour ses bourreaux - photo
Source : AFP