Geneviève Fioraso : 3 millions d'étudiants d'ici 2020 !

Ecrit par

La loi Fioraso a fait son entrée aujourd'hui à l’Assemblée Nationale. meltyCampus a beaucoup parlé de la probable mise en place de cours en anglais, mais d'autres mesures sont prévues. Zoom toujours avec meltyCampus

2,4 millions, c’est le nombre d’étudiants aujourd’hui en France. Un chiffre insuffisant, pour la ministre, qui veut atteindre l’objectif de 3 millions d’ici à 2020. Dans le projet de loi Fioraso présenté à l'Assemblée nationale, on ressent la volonté de la ministre de démocratiser l’enseignement supérieur, encore trop peu investi par les élèves issus de milieux modestes (seulement 6% en doctorat). Pour ce faire, la ministre a l’intention d’améliorer l’orientation au lycée, avec notamment la mise en place d’un service public d’orientation à l’horizon 2015. Mais aussi en donnant la priorité aux bac pro en STS et aux technologiques en IUT, ces derniers étant de plus en plus pris d’assaut par les élèves détenteurs d’un bac général. Enfin, pour simplifier l’orientation des lycéens le projet prévoit d’en finir avec des appellations de filières barbares, la ministre souhaite ainsi regrouper les intitulés de diplômes au sein de grands domaines universitaire ‘’afin de passer de 1300 intitulés de licences générales à 200’’. Une fois à l’université, faut-il encore savoir ‘’garder’’ les étudiants, car à en voir les chiffres l’université ne séduit plus : seulement un étudiant sur trois obtient sa licence sans redoublement. Pour contrer ce phénomène, la loi Fioraso promet de créer 1000 postes chaque année sur une période cinq ans.

Geneviève Fioraso : 3 millions d'étudiants d'ici 2020 ! - photo
Geneviève Fioraso : 3 millions d'étudiants d'ici 2020 ! - photo
Geneviève Fioraso : 3 millions d'étudiants d'ici 2020 ! - photo
Geneviève Fioraso : 3 millions d'étudiants d'ici 2020 ! - photo
Geneviève Fioraso : 3 millions d'étudiants d'ici 2020 ! - photo

L’une des autres propositions est la présence de plus en plus forte du numérique dans l’enseignement. Une solution assurément attractive, ludique et adaptée à la génération Y, mais qui a un coût important. Dans cette logique, la ministre a déjà consulté la caisse des dépôts et a pu débloquer un fond dédié à cette nouvelle technologie, elle souhaite aussi pourvoir obtenir des crédits européens. A terme la ministre souhaite suivrel’exemple américain des diplômes en ligne et, souhaite accentuer le dialogue entre élèves et professeurs grâce à internet. La communication devrait aussi s’accroître entre étudiants et les entreprises. En effet, la ministre veut doubler l’alternance à l’université en passant de 4 à 8%, grâce à de nouveaux contrats quinquennaux. Etudiants, que pensez vous du projet de loi Fioraso ?