Game of Thrones : Étudiant et accro, Thomas nous raconte

Ecrit par

Game of Thrones est LA série du moment. Tellement qu'elle a rendu certain accro ! C'est le cas de Thomas, étudiant en information et communication qui livre son témoignage pour meltyCampus.

Game of Thrones est un véritable phénomène culturel. Pas une semaine sans que l'on parle de la série évènement, qui revient prochainement pour une troisième saison que l'on imagine, pleine de suspense et de rebondissement. Si personne n'est certain que Game of Thrones détrône le Seigneur des Anneaux, pour certains, le programme est presque devenu une drogue, au point de se languir en attendant le prochain épisode. C'est le cas de Thomas, 23 ans. Cet étudiant en géographie et aménagement à l'université Paris 4 Sorbonne est davantage qu'un simple fan de la série. Il se qualifie comme un véritable "addict de Game of Thrones". Rien que cela. Que veut-il dire ? "Je suis tombé dessus totalement par hasard chez un ami qui regardait. J'ai directement flashé sur les personnages, le scénario mais surtout, l'ambiance, l'atmosphère si particulière de la série ". Depuis, le jeune homme a littéralement engloutis les deux premières saisons. "J'en suis réduit à les regarder pour la cinquième fois, c'est vous dire !

Game of Thrones : Étudiant et accro, Thomas nous raconte - photo
Game of Thrones : Étudiant et accro, Thomas nous raconte - photo
Game of Thrones : Étudiant et accro, Thomas nous raconte - photo

En effet, cinq fois c'est beaucoup. Mais cette nouvelle passion devient rapidement envahissante. Tellement, que le jeune homme s'emploie à apprendre et parler la langues des Dothraki plutôt que l'anglais. Thomas a également des difficultés à se concentrer sur ses études. "J'admets que j'ai eu du mal. Surtout au début lorsque je venais à peine de découvrir la série. Je suis quelqu'un qui dévore les choses. Je ne sais pas m'abstenir et me tenir à un épisode par soir." A raison de 3 épisodes par nuit, Thomas se couche généralement vers 4 h du matin, dort peu, et lorsque le soleil laisse poindre ses premiers rayons, il peine à se rendre en cour. "Je me traînais ou je n'y allais pas" se rappelle-t-il. Ses parents, inquiets, brident son accès internet. "Cela ressemblait à une cure de désintoxication" ricane l'étudiant. " Mais sur le moment je ne faisais pas le fier" avoue-t-il. Aujourd'hui, ce qu'il considère comme une "véritable addiction" s'est estompé peu à peu. "Comme j'ai déjà vu les deux premières saisons et que la troisième n'est pas pour tout de suite en France, ça me laisse un peu de répit." Mais pour combien de temps encore ?