Fraternités étudiantes : Ces mecs militent contre la drogue du viol !

Ecrit par

La culture du viol sur les campus américains a atteint des proportions alarmantes. A leur façon, les membres de cette fraternité ont décidé de prendre position.

Dans les universités américaines, les fraternités étudiantes n'ont pas bonne réputation. Ces associations non-mixtes ont pignon sur rue. Souvent de création ancienne, elles sont présentes en "chapitres" - comprenez cellule locale - sur tout le territoire nord-américain. Une fraternité sert à la fois de BDE, de syndicat et d'association de bienfaisance pour ses membres. Une fraternité, c'est surtout un réseau avec un énorme esprit de corps. Il s'entretient à travers des rituels bizarres, dont même David Cameron a fait les frais en son temps. C'est club de mecs qui s'associent pour réussir à la fac, et jusque dans leur parcours professionnel. Les fraternités sont célèbres pour leurs fêtes géantes alcoolisées et pour leurs excès en tous genre. Leur manque de mixité, leur racisme ou leur misogynie sont souvent pointées du doigts. Contre la culture du viol, 41 étudiants du chapitre Xi Xi de la fraternité Kappa Sigma de Milwaukee (Wisconsin, nord-est des Etats-Unis) ont pris la parole sur leur page Facebook.

Fraternités étudiantes : Ces mecs militent contre la drogue du viol !
Fraternités étudiantes : Ces mecs militent contre la drogue du viol !

Les étudiants posent chacun avec un message personnel, associé au hastgag #ItsOnUs ("Tous concernés" en anglais). Leur objectif, lutter contre tous les formes d'agressions sexuelles. Ces garçons sont majoritairement blancs et hétérosexuels. Ils visent particulièrement les situations où des étudiants mal intentionnés s'en prennent à des étudiantes rendues vulnérables par l'alcool, l'isolement ou même la drogue. Le GHB (drogue du viol) circule énormément sur les campus américain, comme cette étudiante en a fait l'expérience. Les garçons appellent leurs pairs masculins à la vigilance, vis-à-vis d'eux-mêmes et de leur entourage. "Suivez votre instinct ! Si une situation vous paraît dangereuse, c'est probablement parce que c'est le cas." ou encore "Parle à tes amis honnêtement et ouvertement des agressions sexuelles" peut-on lire sur leurs pancartes. "Tout le monde mérite de se sentir en sécurité" dit l'un, "Parce que le viol ne devrait pas faire partie de l'expérience de la fac" assure un autre.

Fraternités étudiantes : Ces mecs militent contre la drogue du viol !
Fraternités étudiantes : Ces mecs militent contre la drogue du viol !

Ces étudiants ne se voient pas comme des justiciers, mais comme des mecs ordinaires. Ce qui met les étudiantes mal à l'aise sur le campus les concerne aussi. Ils veulent insuffler un état d'esprit différent, pour être une partie de la solution et non la cause du problème. Cette campagne est de l'ordre du symbole, mais c'est un bon début. Les chiffres officielles justifient cette mobilisation. Aux États-Unis, une étudiante sur cinq fait l'objet d'une agression sexuelle pendant ses quatre années d'études à la fac. Une nouvelle loi fédérale sur le consentement explicite a été conçue pour combattre la culpabilisation systématique des victimes. Son application stricte sur les campus se heurte souvent à la culture étudiante du coup d'un soir. Trop souvent, les garçons sont excusés ("C'est un mec bien, il n'a pas pu faire ça." / "Il avait bu" etc.) et les filles victimes de slut shaming ("Elle n'avait qu'à ne pas boire" / "Elle était habillée comme une p..." / "C'est elle qui l'a provoqué" etc.) Si les mecs décident de lutter contre la culture du viol, nous applaudissons vigoureusement. Que penses-tu de leur initiative ?

Source : Total Sorority Move