Fraternités étudiantes : 5 étudiants en procès pour torture mortelle !

Ecrit par

Après la mort d'un étudiant pendant un bizutage, ses bourreaux comparaissent devant le tribunal de New York. La fraternité Pi Delta Psi a dissout sa cellule locale.

L'histoire ressemble au scénario d'un mauvais film d'horreur sur un campus. Les faits se sont déroulés le 8 décembre 2013, dans une maison à Tunkhannock Township. Nous sommes dans le massif des Poconos, à environ 160 kilomètres de New York en Pennsylvanie (nord-est des États-Unis). La fraternité étudiante Pi Delta Psi a loué l'endroit. 37 membres ont fait le déplacement depuis le campus du Baruch College, une université publique réputée de New York. Ils doivent mener l'initiation de quatre étudiants. Aux États-Unis comme en France, le bizutage est illégal. Il perdure pourtant sous prétexte de tradition. Les rites d'initiation se terminent parfois en séances de torture. Si en France, ces lycéens pratiquent l'humiliation à caractère sexuel et scatologique, au Pays de l'Oncle Sam les bizuteurs vont beaucoup plus loin. Ce jour-là, ils ont tué un étudiant. Les cinq meneurs comparaissaient le 14 septembre 2015 pour 13 charges d'accusation, selon le Huffington Post. Ils sont accusés de torture, non-assistance à personne en péril et coups et blessures ayant entraîné la mort.

Fraternités étudiantes : 5 étudiants en procès pour torture mortelle !

La victime s'appelait Chun "Michael" Deng. Il n'avait que 19 ans. Au cours d'une épreuve nommée le plafond de verre, "Michael" devait porter un bandeau sur les yeux. Il devait porter sur le dos un sac de sable d'environ 13,5 kilos. Sa seule consigne était de demeurer stoïque sous la pluie de coups que ses agresseurs étaient autorisés à lui donner. Ils ont si bien fait qu'ils l'ont battu à mort. Victime d'un traumatisme crânien, Michael s'est évanoui. Au lieu d'appeler les secours, ses camarades ont commencé par effacer toutes les preuves. Ils ont notamment changé ses vêtements. Les étudiants n'ont contacté les secours que deux heures plus tard. Transporté à l'hôpital, "Michael" est mort la nuit suivante. Ce type d'affaire n'est pas inédit, cet étudiant new-yorkais avait déjà perdu quatre doigts dans un bizutage. "Ce procès est une étape importante pourque la famille obtienne justice, après la mort tragique de Michael" a déclaré pour WBRE-TV Maître Doug Fierberg, l'avocat des familles. Les bourreaux de "Michael" risquent la prison à perpétuité. Avez-vous déjà assisté à un bizutage ?

Source : Huffington Post