François Hollande déçoit-il les étudiants ?

Ecrit par

Ce soir le président de la République François Hollande s'exprimera pour faire le point sur l'avancée de des réformes engagé par son gouvernement. Que pensent les étudiants de sa politique ? Hollande déçoit-il les étudiants ?

Président normal, incapable, mou, ou apaisant. C'est selon l'humeur des Français. Et à l'heure actuelle, le temps n'est pas aux compliments pour François Hollande. Le chef de l'Etat s'adresse à la nation ce soir, dans une allocution qui promet d'être périlleuse pour lui. Sa mission, sera d'expliquer le cap de ses réformes à des Français désabusés et plus pessimistes que jamais. Chômage persistant, baisse du pouvoir d'achat historique, plan sociaux en pagaille : on ne peut pas dire que l'on respire la joie de vivre dans l'Hexagone. La jeunesse, que le président avait souhaité mettre au cœur de son quinquennat, commence elle aussi à s'impatienter. Le chômage des jeunes atteint 25,7 % en mars 2013. Beaucoup trop pour les contenter. Et même l'annonce de la création de 150.000 emplois d'avenir, étalés sur toute la durée du mandat de François Hollande, ne parvient pas à atténuer la colère qui gronde. Si l'université française est de gauche, cela ne se voit pas. "Bien sûr qu'il déçoit" lâche Hamed , étudiant en licence d'informatique à l'université Paris 8 Saint-Denis, d'un ton sans réplique. "Je n'ai pas le sentiment que les choses ont évolué depuis le départ de Sarkozy. C'est toujours les mêmes discours. On va faire ceci, cela et puis...rien !" estime-t-il. Un jugement sévère qu'il n'est pas le seul à partager.

François Hollande déçoit-il les étudiants ? - photo
François Hollande déçoit-il les étudiants ? - photo
François Hollande déçoit-il les étudiants ? - photo

Plus au sud, à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Julie étudiante en Sciences-Politiques analyse la situation. "Pour nous autres étudiants il y eu quoi ? Pas grand chose. Fioraso fait des réformes mais on voit rien sur le terrain" estime la jeune fille. Pour elle, Hollande est coincé entre ses promesses et la réalité économique. Selon elle, la France est plombée depuis le début. "Il a promis beaucoup de choses. Il avait dit qu'il reviendrait sur l'autonomie des universités notamment. Mais je pense qu'il ne fera rien de bien marquant " s'exprime-t-elle d'une voix chevortante. " Le problème, c'est l'argent. L'Etat n'a plus un rond en France ! Les gens devraient se rendre compte de cela. On vit à crédit et la jeunesse , dans son ensemble, n'est pas la priorité ! D'ailleurs, c'est nous autres qui allons devoir régler la facture !" s'emporte-elle. Les étudiants semblent désabusés par un contexte français qui voit les perspectives d'avenir se réduire comme peau de chagrin. Un paradoxe, alors que de nombreux étudiants espagnole rejoignent l'Hexagone poussés par la grave crise qui sévit dans la péninsule ibérique. Espérons au moins que le président accède à la requête de cet étudiant qui lui avait remit un CV et désirait un stage à l'Elysée. Cela le rendrait peut-être plus sympathique.