Une université de Guyane d'ici 2016 !

Ecrit par

En Guyane, le blocage de l'université est fini. Un accord a été trouvé, une université de plein exercice va être mise en place au plus tard à la rentrée 2016. meltyCampus vous explique.

Depuis le 8 octobre, le pôle universitaire de Guyane est bloqué par le collectif des étudiants guyanais et l'intersyndicale de l'université. "Depuis trente ans et la création de l'UAG (université Antilles-Guyane), l'Etat accorde des moyens, mais ils sont captés par la Martinique et la Guadeloupe – où se trouve la direction générale, à tel point que le taux d'encadrement des étudiants est deux fois plus faible en Guyane qu'aux Antilles", a déploré Laurent Linguet, maître de conférences et porte-parole de l'intersyndicale. Les grévistes ont manifesté à cause d'un nouveau campus inachevé, une offre de formation "défaillante", un manque de moyens et ont même demandé le départ des deux responsables du pôle guyanais (PUG). La ministre de l'enseignement supérieur Geneviève Fioraso a alors envoyé un médiateur et une inspection, comme elle l'a fait pour l'université Montpellier 3, justifiant que "l'université est complètement bloquée. Cette gouvernance n'est plus en mesure d'assurer l'ordre public. Il y a effectivement besoin d'y mettre fin."

Une université de Guyane d'ici 2016 ! - photo
Une université de Guyane d'ici 2016 ! - photo
Une université de Guyane d'ici 2016 ! - photo
Une université de Guyane d'ici 2016 ! - photo

Le 11 novembre, un accord est finalement signé entre le ministère de l'Enseignement supérieur, l'intersyndicale et le collectif des étudiants. Geneviève Fioraso s'engage à créer une université de plein exercice en Guyane, d'ici la rentrée 2015 ou au plus tard en 2016. Les deux responsables du PUG, Jean-Marie Fosting et René Dorville ont été suspendus et remplacés par Anne Corval, en tant qu'administratrice provisoire. Le PUG gagne donc son indépendance vis-à-vis de l'UAG, Anne Corval ne devra rendre des comptes qu'à la ministre de l'Enseignement supérieur. L'Etat s'engage aussi à créer entre 20 et 30 emplois d'enseignants chercheurs sur trois ans et autant d'emplois non-enseignants sur la même période. "Une attention sera apportée aux besoins dans le domaine des ressources humaines, de la gestion administrative et de la formation continue", précise le protocole. Les grévistes ne seront pas poursuivis par l'administration et recevront le paiement de l'intégralité de leurs jours de grève.

Une université de Guyane d'ici 2016 ! - photo
Une université de Guyane d'ici 2016 ! - photo