France : Les étudiants solidaires après les attentats de Paris !

Ecrit par

Les universités sont solidaires avec les familles des victimes. Les étudiants ont massivement participé à la minute de silence le 16 novembre à midi.

Ils ont répondu en masse à l'appel. Après les attentats de vendredi 13 novembre à Paris, les étudiants de France ont voulu manifester leur solidarité. Les élèves se sont rassemblés en masse sur les campus pour respecter la minute de silence décrétée à l'échelle nationale, à midi ce lundi 16 novembre. Sur les réseaux sociaux, ils ont partagé leurs messages de soutien et leurs appels à la paix. #Pray4Paris et #FluctuatNecMergitur avaient émergé spontanément sur Twitter ce weekend. Les Youtubeurs français préférés des étudiants les avaient repris dans leurs vidéos de soutien. De son côté, la Conférence des présidents d’université (CPU) a lancé le hashtag de ralliement #UniversiteDebout. La ministre Najat Vallaud-Belkacem a salué le rôle des établissements d'enseignement supérieur dans la mobilisation. "Ils seront des lieux d’échanges, de réflexion et de dialogue, ce qu’ils ont toujours été, et ce qu’ils continueront à être, au cœur de la violence et de la brutalité qui nous assaillent aujourd’hui. Des lieux de démocratie." a-t-elle écrit dans sa lettre à la communauté universitaire.

Certain ont eu du mal à se séparer à l'issu du temps de recueillement. La marseillaise a retenti sur certains campus, comme ici à Sciences-Po. Après les dessins de soutien qui ont inondé les réseaux sociaux, le chant a permis aux étudiants de se sentir unis à nouveau dans l'épreuve.

Les personnalités politiques se sont mêlés aux étudiants anonymes. Le président François Hollande et le gouvernement avaient choisi de se joindre au cortège dans la cour officielle de la Sorbonne. Un campus "symbole de Paris, notre pays, la jeunesse, le savoir" selon un communiqué officiel de l'Elysée. Tout le monde est ensuite retourné en cours dans le calme. Avez-vous participé à une minute de silence sur votre campus ?

Source : Mathilde H.