France : Le directeur de l'IUT de Saint-Denis menacé de mort !

Ecrit par

Depuis quelques mois, l’IUT de Saint-Denis en Seine-Saint-Denis traverse une crise grave. Retour sur les faits avec meltyCampus.

Depuis le 4 février, le directeur de l’IUT de Saint-Denis vit dans la peur, et il y a de quoi : il a en effet reçu 15 lettres de menace de mort à caractère islamiste, et elles lui ont été envoyées à la fois à son domicile et sur son lieu de travail : "Tu vas mourir, toi et tes enfants" lui dit par exemple l’une d’elles, ou encore "J’appelle tous les musulmans à te punir. Tu dois payer, toi, tes proches, tes enfants." Cette lettre, une des dernières, est écrite en Arabe et comporte également une photo du directeur imprimée en noir et blanc, avec une croix sur le front accompagnée du mot "mort". Ces menaces s’inscrivent dans le contexte de crise que traverse l’établissement, dont le chef du département de Techniques commerciales, Rachid Zouhhad, a été destitué en Avril dernier suite à des dysfonctionnements majeurs et des soupçons d’emplois fictifs.

France : Le directeur de l'IUT de Saint-Denis menacé de mort !

Selon Rtl.fr, Rachid Zouhhad a changé à la rentrée 2013 60 des 120 vacataires de l’établissement. Certains n’ont jamais donné de cours, d’autres étaient en charge de matières qui ne figuraient pas au programme, enfin Rachid Zouhhad avait nommé certains de ses proches. Au total, 4800 heures de cours seraient concernées pour un montant de 200.000 euros et tous les contrats ont été gelés en Novembre dernier avant un quelconque paiement. Et ce n’est pas tout : les soupçons se portent également sur une association étudiante accusée de prosélytisme, avec laquelle la direction avait engagé un véritable bras de fer. Fait troublant, le jour où l’étudiante à la tête de l’association devait rencontrer le directeur, une fausse alerte à la bombe a été lancée dans l’IUT et a provoqué l’évacuation du quartier. Une alerte déjà plus sérieuse que cette boîte "Bomb' aux Etats-Unis ! Face à ces pistes possibles, la direction est complètement déroutée et une assemblée générale a été prévue le 20 mai par les professeurs pour manifester leur soutien au directeur de l’établissement.