Etudiante Violée à New Delhi, le père de la victime demande la pendaison

Ecrit par

L'Inde retient son souffle depuis l'ouverture du procès à huis clos des cinq agresseurs de cette étudiante décédée après avoir été violée et tabassée. Le père de la victime souhaite la pendaison pour les accusés. meltyCampus vous en dit plus.

Hier, le procès des cinq agresseurs de l'étudiante indienne violée s'est ouvert à huis clos. Cette affaire a créé une véritable révolution en Inde. La violence particulière de l'agression de cette jeune femme de 23 ans avait ému tout le pays. meltyCampus vous en avait parlé, la jeune femme était alors en compagnie de son fiancé. Ils rentraient du cinéma quand ils ont pris un bus. Dedans, 6 hommes s'en sont pris à eux. Ils ont violé pendant près d'une heure la jeune femme avant de la tabasser avec des barres de fer et de la jeter du bus en marche. Il semblerait également, que les agresseurs de l'étudiante aient essayé de la tuer en lui roulant dessus. Si le compagnon de la jeune femme, qui a cédé à ses blessures, déplore qu'aucun passant ne les aient aidés, le père de la victime quant à lui demande la pendaison des agresseurs. "Nous avons achevé les rituels de deuil au village pour ma fille mais notre deuil ne sera achevé que lorsque le tribunal aura rendu son verdict. L'âme de ma fille ne sera en paix que lorsque la justice aura puni les hommes", a déclaré son père à l'AFP

Etudiante Violée à New Delhi, le père de la victime demande la pendaison - photo
Etudiante Violée à New Delhi, le père de la victime demande la pendaison - photo
Etudiante Violée à New Delhi, le père de la victime demande la pendaison - photo

"Il est du devoir de la Cour et des juges de faire en sorte que la sentence soit prononcée rapidement et que tous les hommes (jugés pour ce viol) soient pendus", a-t-il dit. "Aucun homme n'a le droit de vivre après avoir commis un crime si abominable", a-t-il ajouté. La famille de la victime n'a jamais caché son envie de voir les agresseurs condamnés à mort. Un choix qui avait été soutenu par la plupart des indiens. Si le Premier Ministre avait déclaré que de lourdes sanctions seraient prises à l'encontre des agresseurs, le père et la famille de l'étudiante en kinésithérapie n'en peuvent plus d'attendre. "Nous avons assez de preuves contre tous les accusés" pour les faire condamner, a déclaré le procureur Rajiv Mohan.

Source : AFP