Études de médecine : Scandale à Lyon-Sud, les étudiants s'entraîneraient au toucher vaginal sur "des patientes endormies"

Ecrit par

Le document choquant à charge a filtré sur internet. Les futurs médecins de Lyon-Sud s'entraîneraient au toucher vaginal sur des patientes inconscientes non-consentantes. meltyCampus revient sur les faits :

Il arrive un moment en médecine où il faut mettre la main à la pâte. Sur meltyCampus, nous avions rencontré ces étudiants qui appréhendent la dissection. C'est sûr que de découper des cadavres pour apprendre l'anatomie en condition réelle, ça demande d'avoir le cœur bien accroché. Que les futurs médecins se rassurent, la plupart du temps ils apprennent sur des patients vivants. C'est le principe des années d'internat à l'hôpital, qui dure entre trois ans pour la médecine générale et cinq ans pour la chirurgie. Sous la responsabilité d'un senior, les médecins internes palpent, examinent et pratiquent des examens médicaux. Au passage, ils se familiarisent avec le fonctionnement de l'hôpital. Quand ils ont le temps, ils apprennent aussi la déontologie. Il semblerait que les étudiants de la faculté de médecine Lyon-Sud aient sauté cette dernière étape. Le site Metronews a publié mardi dernier une capture d'écran d'un document de formation qui serait destiné aux futurs gynécologues. Ils s'entraîneraient au toucher vaginal sur "patiente endormie" sans demander d'accord au préalable.

Études de médecine : Scandale à Lyon-Sud, les étudiants s'entraîneraient au toucher vaginal sur "des patientes endormies"

Une autre feuille indique que l’étudiant devra être “présent parfaitement à 8h30 tous les jours, au bloc opératoire" afin de pratiquer un certain nombre d'actes, comme le "toucher vaginal” ou "TV" réalisé sous “anesthésie générale” abrégée en '"AG''. Visiblement, toutes les femmes qui passent au bloc sont concernées, à titre de comparaison. Aucune d'entre elle n'a donné son accord, car ce geste est considéré comme sans danger et indolore sous anesthésie. Il reste néanmoins invasif. Après les affiches de soirée sexistes, les pratiques illégales sur des patientes non-consentantes ? Pour rappel, le toucher vaginal consiste à introduire l'index et le majeur dans le vagin de la patiente. On vous rassure, le médecin porte des gants. Ce geste doit servir au moment de l'accouchement. Le praticien palpe au passage la paroi abdominale - en gros, le ventre - de l'autre main, afin de contrôler la taille et la position de l'utérus.

Études de médecine : Scandale à Lyon-Sud, les étudiants s'entraîneraient au toucher vaginal sur "des patientes endormies"

D'accord, il faut bien apprendre son métier. Mais techniquement parlant, il y a un problème. L'article 222-23 du code pénal qualifie de viol "tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu'il soit, commis sur la personne d'autrui par violence, contrainte, menace ou surprise". Le viol est un crime passible de 15 ans de prison en Cour d'Assise. Entre les étudiants qui posent nus contre le cancer et des étudiants qui manipulent leur patientes comme des cobayes, il y a un fossé déontologique. Contacté, l'Ordre des médecins nie fortement : "Si des faits de cette nature s'étaient produits, l'Ordre ne doute pas un instant que des professionnels de santé, infirmiers, aides-soignants, travaillant au sein de cet établissement auraient saisi les instances compétentes". Le médecin senior Daniel Raudrant, dont le nom figure sur le document, a protesté avec vigueur sur Europe 1. "Le document qui circule existait avant mon arrivée à Lyon Sud, mais pas sous mon entête. Une secrétaire a dû modifier l’entête quand j’ai été nommé chef de service" explique-t-il. Selon lui, il n'existerait pas de telles pratiques à Lyon-Sud. "Que l’on puisse supposer des séances de formations sur des patientes endormies non informées me parait simplement monstrueux" ajoute le professeur. L'hôpital a ouvert une enquête.

Source : http://www.linternaute.com/actualite/societe-france/toucher-vaginal-un-secret-bien-garde-par-les-etudiants-et-cache-aux-patientes-0215.shtml