Études de médecine : Les internes pètent-ils les plombs ?

Ecrit par

Les études de médecine mène parfois au surmenage et même à la dépression. meltyCampus revient sur ces études qui peuvent provoquer un burn-out.

Tout le monde le sait, les études de médecine sont assez compliquées. Il y a 2 mois, Christine Vinciguerra, doyenne de la Faculté de pharmacie de Lyon disait que "la fac de médecine, ce n'est pas Grey's Anatomy ou Dr House". Malheureusement, la difficulté de cette filière pousse certains étudiants à la dépression. Patricia Martel médecin et journaliste avait décidé de raconter son mal-être dans le roman Burn Out. Cette dernière raconte que ses années d'études de médecine ont été un cauchemar : "Je ne comprenais pas. J'étais très fatiguée, j'ai même fait une prise de sang pour voir si j'avais pas un truc. En fait, c'était comme une dépression qui ne toucherait que le monde du travail. Je voulais tout arrêté". Et ce n'est pas la seule à avoir été dans cet état-là, beaucoup d'autres étudiants en médecine sont passés par là.

Les raisons, il y en 3 d'après le site streetpress : la première serait d'être ni vraiment médecin, ni un étudiant comme les autres. Les médecins ont tendance à les regarder de haut mais à côté de ça, ils ont tout de même des responsabilités en l'absence de leurs supérieurs. D'après Diane, une étudiante en médecine, c'est assez compliqué de se positionner. La 2ème cause de ce burn-out : le manque de reconnaissance. Diane rajoute que : "On ne saluera jamais un effort. Tu es une interne comme une autre, ça fait partie du bizutage médical, faut que t'en ch**. Ceux qui ont le pouvoir de faire avancer les choses partent du principe que c'est la norme de bosser comme un chien". Puis la dernière cause serait le surmenage. Les internes peuvent bosser jour comme nuit et n'ont pas beaucoup de pauses. Sans oublier, l'atmosphère, les personnes malades et les décès. Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé avait annoncé que des changements allaient être apportés en 2016, pour les étudiants en médecine.