Études de médecine : Le numerus Clausus augmente !

Ecrit par

Le pacte territoire santé prévoit de lutter contre les déserts médicaux. Le numerus clausus sera rehaussé de 131 places supplémentaires.

Il y a du nouveau dans les amphis de médecine ! Le numerus clausus qui effraie tant les étudiants sera rehaussé. Le 26 novembre 2015, la ministre Marisol Touraine annonçait la deuxième partie de son pacte territoire santé. En tout, il y aura donc 131 places supplémentaires pour "garantir une présence médicale sur l’ensemble du territoire" selon la ministre. Les régions concernées sont "confrontées à une situation particulièrement difficile avec une densité médicale nettement inférieure à la moyenne nationale et une proportion importante de médecins âgés de plus de 55 ans" explique Marisol Touraine. D'après le Figaro Etudiant, 20 places supplémentaires seront créées en région Centre-Val-de-Loire, 7 places à Caen, 8 à Amiens, 10 à Lille et à Pointe-à-Pitre, 12 à La Réunion, 13 à Rouen, 15 à Dijon, 18 à Clermont-Ferrand et Grenoble. D'ici 2017, Marisol Touraine voudrait que tous les étudiants en médecine de deuxième cycle passent au moins un stage en médecine générale. Nous sommes déjà à l’affût de leurs meilleurs tweets, parce qu'il s'en passe des choses en médecine générale ! La ministre souhaite envoyer les futurs médecins - en particulier les apprentis gynécologues, ophtalmologues, dermatologues et pédiatres - en stage en cabinet de ville, pas uniquement à l’hôpital.

La simple augmentation du numerus clausus ne satisfait pas pour autant Sébastien Foucher, président de l’Association Nationale des Etudiants en Médecine de France (ANEMF). "Cette augmentation du numerus clausus a un impact mineur et ne sera efficace que dans dix ans au mieux, le temps que les quelques étudiants supplémentaires finissent leur formation. Il n’y a pas d’effert sur le court terme" explique-t-il. L'augmentation du nombre d'étudiant ne doit pas coïncider avec une baisse du niveau de la formation. La massification, c'est joli sur le papier... mais si le niveau d'exigence des études ne suit pas, les diplômes se déprécient. Plus grave encore, certains médecins risquent d'être mal préparés à leur métier. Poser nus contre le Sida c'est rigolo (et sexy !), mais les études de médecine sont très exigeantes. Le ministère a aussi prévu des aides financières pour repeupler les déserts médicaux. 1700 bourses devraient être versées d’ici 2017 dans le cadre des contrats d’engagement de service public (CESP). Plus de 1300 futurs médecins bénéficient déjà de cette allocation versée pendant leurs études. Les contrats de praticien territorial de médecine générale (PTMG) pour les jeunes médecins tout juste diplômés seront aussi renforcés. De 500 aujourd'hui, ils doubleront en 2017. Que penses-tu de ces annonces ?

Source : Le Figaro Etudiant