Études de droit : Elle ne peut pas passer son concours à cause de sa "robe trop courte" !

Ecrit par

A l'université de droit d'Alger, la sécurité ne plaisante pas sur la tenue vestimentaire. Une étudiante s'est vue refuser l'accès à sa salle d'examen à cause d'une "robe trop courte". meltyCampus raconte :

Les histoires de chiffon sont plus sérieuses qu'il n'y paraît dans la capitale algérienne. A la fac de droit de Said Hamdine, difficile de passer inaperçue lorsqu'on se présente en robe à son examen. Samedi 9 mai 2015, une étudiante oranaise a eu la mauvaise surprise de se voir refoulée par un vigile. La jupe de la jeune femme était "trop courte" selon l'agent de sécurité, révèle le site TSA Algérie. L'étudiante venait passer une épreuve pour l’obtention du certificat de capacité en droit (CAPA), diplôme nécessaire pour exercer en Algérie. "Je suis très déçue. Je préparais ce concours depuis un an et demi, et j’ai failli le rater parce qu’un agent a décidé que ma tenue ne lui correspondait pas !" s'insurge l'étudiante. L'histoire a viré au psychodrame juste avant l'épreuve. Accompagnée de son mari, la jeune femme insiste pour entrer "La robe m’arrive aux genoux et n’est pas moulante, je ne comprends pas sa réaction" explique la jeune juriste. Nous non plus chez meltyCampus nous ne comprenons pas très bien où est le problème. Pour comprendre, la rédaction a récupéré une photo prise sur place de la tenue incriminée. Difficile de parler d'une tenue particulièrement affriolante. La vraie raison est peut-être tout bêtement la jupe elle-même, pas sa longueur. Les relous sont à la fac de droit d'Alger...

Études de droit : Elle ne peut pas passer son concours à cause de sa "robe trop courte" !

L'heure passe, et il est hors de question pour la jeune oranaise de ne pas se présenter à son examen. Sous le soleil de plomb les esprits s'échauffent. L'agent de sécurité en fait une affaire personnelle "il a juré que si j’entrais avec la robe il démissionnerait" raconte l'étudiante. "Si tu veux rentrer, va mettre un pantalon ou une robe longue !" réplique le cerbère tandis que le ton monte. Voilà une phrase de plus que les étudiants en droit ne veulent plus entendre. Le chef de la sécurité lui-même refuse de discuter. Que croyez-vous que fit notre étudiante ? Les combats féministes pouvaient attendre, pas l'horaire de son examen. La jeune femme a dû courir en catastrophe acheter un pantalon dans le bazar le plus proche. "C’est une honte. Il n’y a aucun règlement qui interdit de porter une robe pour passer un examen et même si c’était le cas il fallait aviser" s'indigne l'étudiante, encore sous le choc de son aventure. Le jeune couple a décidé de porter plainte dès que les partiels seraient terminés. Le dimanche 10 mai, le recteur de la faculté Mohamed Tahar Hadjar a déclaré qu'il n'ouvrirait pas d'enquête, car selon lui "la fille portait une mini-jupe, qui était au-dessus des genoux, et non une robe. C’est ce que m’ont affirmé des étudiantes qui étaient sur place." Toujours selon le recteur, "c'est une affaire banale". Sans commentaire.

Source : http://www.tsa-algerie.com/