Études de droit : Devenir avocat de la cause animale ? C’est maintenant possible !

Ecrit par

Depuis le 28 janvier, l’Assemblée nationale définit les animaux comme des “êtres vivants doués de sensibilité”. C’est désormais au tour de l’université de Strasbourg de s’intéresser au droit animal à travers une formation.

Que ce soit un chat, un chien, un hamster ou un lapin, tu as toujours su que ton animal était doté d’une sensibilité quasi humaine. Quand il te fait des câlins, te regarde quand tu lui parles et qu’il est triste quand tu le grondes, tu n’as pas plus de doute. Il a fallu un bon bout de tout pour que la loi française reconnaisse une telle sensibilité aux animaux. Maintenant que les animaux sont considérés comme des “êtres vivants doués de sensibilité”, les choses changent. La zoophilie est désormais condamnée et un étudiant a été arrêté pour agression sexuelle sur un mouton. Le Centre européen d’enseignement et de recherche éthique (Ceere) de l’université de Strasbourg a décidé de suivre cette évolution et de créer une formation nouvelle pour la rentrée 2015. Au sein de son master Éthique et sociétés, une nouvelle spécialisation a été mise en place : “Animal : science, droit, éthique”. L’objectif est de connaître les droits accordés aux animaux afin de mieux les protéger. Selon le Ceere, “le droit de l’animal et son enseignement sont des vecteurs de conciliation et de communication entre les utilisateurs, les propriétaires d’animaux domestiques ou d’élevage et le grand public”.

dog animated GIF

Composée de deux grands thèmes : “Droit de l’animal” et “Éthique animale”, la formation se déroule sur trois jours et est composée d’une vingtaine de cours où plusieurs sujets de société seront abordés tels que la corrida, le halal ou encore les courses hippiques. La particularité de cette formation est qu’elle est ouverte à tous, selon le Ceere, “l’idée est de former les étudiants intéressés, mais aussi les professionnels tels que les vétérinaires, les policiers ou encore les avocats, à la réglementation en vigueur”. Petit bémol, alors que les étudiants ne payeront que l’inscription habituelle, les personnes extérieures devront débourser 1500 euros. C’est un prix à payer pour militer pour la cause des animaux. Une question qui n’a pas semblé préoccuper l’étudiant qui a envoyé des testicules de chien en guise de CV.

Source : Le Monde