Etats-Unis : Un étudiant tué dans une fusillade sur un campus !

Ecrit par

La libre circulation des armes aux États-Unis a fait une nouvelle victime sur un campus de Géorgie. Un étudiant de 20 ans est mort dans une fusillade.

C'est arrivé le lendemain de l'assassinat en direct de deux journalistes de WDBJ7. Une nouvelle fusillade a fait une victime sur le campus de l'univeristé d'État de Savannah, en Géorgie (sud-est des États-Unis). L'étudiant de troisième année Christopher Starks a été blessé par balle à la clavicule lors d'une altercation jeudi 27 juin 2015. Transporté à l'hôpital, le jeune homme a succombé à ses blessures vendredi dans la matinée. Deux jeunes femmes présentes sur les lieux du drame ont expliqué devant les caméras de WSAV-TV (groupe NBC) qu'une dispute avait éclaté dans les locaux du syndicat étudiant. "Nous étions en train de manger quand ils ont commencé à se battre. Quelqu'un a sorti une arme à feu. Tout le monde est parti. Le tireur était seul" a raconté l'une d'entre elle. Malheureusement, il n'y a pas toujours un prof assez courageux pour empêcher la fusillade comme dans ce lycée.

Etats-Unis : Un étudiant tué dans une fusillade sur un campus !

Le campus a été bloqué par la police pendant deux heures, mais le tireur n'a pas encore été retrouvé. L'université a suspendu ses cours jusqu'à 10H00, heure locale, vendredi matin. L'Université d'État de Savannah accueille environ 4000 étudiants, à 98% afro-américains. Ces dix dernières années, de nombreuses fusillades se sont déroulées sur des campus américains. La plus meurtrière a fait 33 mort à l'Université de Virginia Tech (sud-est des États-Unis) en 2007.Nous vous racontions comment cet étudiant américain avait été protégé des balles par les livres dans son sac. Ces massacres sont venu alimenter le débat sur la libre circulation des armes aux États-Unis. En vertu du deuxième amendement de la Constitution, tout citoyen majeur a le droit de se porter une arme et de s'en servir si sa vie, ses biens ou ses proches sont menacés. Difficile cependant de revenir sur cet aspect de la culture américaine, malgré le nombre de victimes.