États-Unis : Les jeunes américains détestent les nouveaux repas imposés par Michelle Obama !

Ecrit par

Avec le hashtag #ThanksMichelleObama, les jeunes américains remercient ironiquement la First Lady pour leurs nouveaux repas. Son programme pour combattre la malbouffe et l’obésité ne semble pas ravir les étudiants américains.

Depuis qu’elle est la Première Dame, Michelle Obama a fait de la malbouffe et de l’obésité son cheval de bataille. Elle incite les américains à faire de l’exercice et à manger sainement. Pour éradiquer l’obésité, dans un premier temps, les cantines ont dû proposer des fruits et des légumes et respecter certains taux de sel, de sucre ou encore de graisse. Résultat : les repas scolaires sont assez maigres et peu appétissants au regard des étudiants. En avril 2014, ils n’avaient pas hésité à exprimer leur colère contre le programme "Let’s Move" de Michelle Obama. En septembre , une nouvelle réglementation a fait son apparition. Les établissements scolaires ne proposent plus de sodas, de sucreries ou de chips dans les distributeurs automatiques. Et les jeunes américains ne semblent pas vraiment apprécier.

États-Unis : Les jeunes américains détestent les nouveaux repas imposés par Michelle Obama !

Pour exprimer leur mécontentement, ils ont riposté sur Twitter. Frustrés de ne plus avoir hamburgers trop gras et de frites, les étudiants ont postés des photos, peu alléchantes, des menus choisis par Michelle Obama et les ont accompagnées du hashtag ironique #ThanksMichelleObama. Des attaques auxquelles l’USDA (le département de l’agriculture américain) a tenu à répondre. Buzzfeed a publié le communiqué de l’USDA : "Une étude indépendante montre qu'une majorité d'enfants américains préfèrent des déjeunes plus sains. Le nombre de ces élèves est d'ailleurs en augmentation et les nouveaux standards de ces repas ont pour but d'améliorer leur santé. Nous servons toujours aux élèves des fruits et des légumes ainsi que des protéines. Il semble donc clair que la plupart des photos postées sur les réseaux sociaux ne reflètent pas la totalité des choix proposés."