États-Unis : Les étudiants très diplômés peinent à trouver un job !

Ecrit par

Quitte à passer des années à la fac, autant que cela serve à quelque chose. Les étudiants américains sur-diplômés peinent à trouver un job !

Trouver son premier emploi n'est pas toujours une partie de plaisir. Les jeunes diplômés savent que la recherche d'un premier emploi n'est pas évidente. Il faut parfois quelques années après la fac pour que la situation financière des ex-étudiants se stabilise. La réalité du marché du travail n'est pas toujours à la hauteur des rêves. Ce n'est pas cette étudiante qui vend son diplôme sur eBay qui vous dira le contraire. Pour un étudiant américain, rater son orientation se révèle vite catastrophique. Au pays de l'Oncle Sam, il faut compter environ 10 000 dollars d'inscription pour une année d'université. La grande majorité des jeunes diplômés américains démarrent donc avec une grosse dette liée à leurs études. Du moment qu'ils trouvent un premier job, ce n'est pas trop grave, dirons-nous. Sauf que dans les faits, c'est tout le contraire ! D'après une étude menée par le Washington Center for equitable Growth, plus les étudiants sont sur-diplômés (et donc surendettés) plus ils ont de mal à trouver un emploi bien rémunéré !

États-Unis : Les étudiants très diplômés peinent à trouver un job !

Les experts ont appelé ce phénomène le "filtre vers le bas". Tandis que les étudiants sortis du cursus scolaire sans diplôme se retrouvent marginalisés, voire exclus du marché du travail, les sur-diplômés doivent se contenter d'être sous-employés. Comprenez qu'ils n'ont pas d'autre choix que de prendre des emplois mal rémunérés, où leurs compétences sont sous-exploitées. Les économistes s'inquiète de ce décalage, qui à terme pourrait déboucher sur une autre crise économique. L'enquête a été menée pendant quatre ans auprès de 91 branches professionnelles. Entre 2010 et 2014, la part des diplômés de l'université est passé de 14% à 16% dans l'industrie de la restauration. Bars et restaurants aux États-Unis sont connus pour fournir facilement des jobs "difficiles", c'est-à-dire mal payés (aux USA, le salaire d'un serveur repose sur les pourboires), socialement peu gratifiants et physiquement exigeants. Sur la même période, la part de diplômés de l'université dans le secteur de la finance (job bien payé) est passée de 65% à 56%. Reste à souhaiter bon courage à ceux qui cherchent toujours. Avez-vous éprouvé des difficultés à trouver un premier emploi ?

Source : Huffington Post