États-Unis : Ces lycéennes veulent porter un foulard en classe !

Ecrit par

Février est aussi le "Black History Month" aux États-Unis. Ces lycéennes souhaitent porter un foulard yoruba, malgré le règlement intérieur.

Aux États-Unis, le communautarisme n'est pas un gros mot. Le mois de février est aussi celui où tous les élèves du pays se penchent sur l'histoire et la culture des Noirs américains. Cette période est baptisée Black History Month. Les lycéennes de la Durham County Public School en Caroline du Nord (sud-est des États-Unis) voulaient le célébrer en portant des foulards yorubas. Comme pour cette étudiante qui a inventé Hijbarbie, le foulard est ici un mode d'expression culturel. Cette ethnie africaine est particulièrement présente au Nigéria (environ 13 millions de personnes) et dans une partie des pays du Golfe de Guinée (Bénin, Ghana, Côte d'Ivoire, Togo, etc.). Les Yorubas ont payé un lourd tribu à la traite négrière. C'est pourquoi leur diaspora est très nombreuse en Amérique du Nord. Les Yorubas pratiquent encore une religion d'inspiration animiste, le culte des orishas, dont on retrouve la trace dans de nombreuses religions afro-caribéennes. Les femmes yorubas enveloppent leurs cheveux dans un foulard appelé gele (prononcez "guélé"). Jusque là tout va bien.

Des lycéennes en classe de première ont voulu porter un gele pendant tout le mois de février, pour honorer leurs origines. Une démarche proche de cette prof qui portait le hijab par solidarité. L'école le leur a interdit, au motif que ce vêtement n'était pas compatible avec le code vestimentaire scolaire. En signe de protestation, les parents ont décidé de manifester devant l'établissement. "Ce n'est pas bien. Ce n'est pas juste. Nous ne soutenons pas cette mesure. Il s'agit de soutenir ces jeunes, et de leur faire prendre conscience que leur culture a de la valeur. C'est aussi une façon de leur apprendre à respecter la culture des autres" explique Afiya Carter, maman d'une lycéenne de 15 ans. Après une médiation entre l'école et les familles, les lycéennes ont été autorisées à porter leurs foulards yorubas en classe... et le règlement intérieur a été modifié. Le code vestimentaire autorise maintenant les foulards pour motif religieux, médical (en cas de chimio) ET culturel. Que penses-tu de cette histoire ?

Source : abc11