Etats-Unis : Ces étudiants qui ne supportent pas la critique !

Ecrit par

Devenir étudiant, c'est entrer dans le monde des adultes... ou pas. Aux États-Unis, les élèves de la fac souffrent du syndrôme "Rory Gilmore".

Aux États-Unis, l'éducation met beaucoup l'accent sur l'expression personnelle. Nous sommes au pays qui sacralise la liberté de parole. Chez l'Oncle Sam, les cours magistraux d'un professeur autoritaire ne sont plus d'actualité depuis au moins un demi-siècle. Il est d'ailleurs courant que les étudiants nouent des liens avec leurs professeurs en dehors des cours. Dans une société libérale où la compétition est la norme, cette particularité culturelle a des effets pervers. Les étudiants américains n'ont pas souvent fait face à la critique de leurs professeurs pendant leur scolarité. Le phénomène des parents hélicoptères - qui vous surprotègent et font tout à votre place - est venu se greffer par-dessus tout cela. Nous vous parlions de ces étudiants qui refusent de suivre les cours qui les dérangent. Incapables de supporter la différence, les étudiants américains ? Surtout embarrassés face aux difficultés inhérentes à la vie en société. D'après HerCampus, ils souffrent du "syndrôme Rory Gilmore". Au lieu de se remettre en question face aux critiques, ils laissent tout tomber s'ils n'obtiennent pas gain de cause.

Pour ceux qui ne verraient pas trop où nous voulons en venir, nous faisons référence à la série télévisée Gilmore Girls. Cette émission a été diffusée au début des années 2000. En gros, nous suivons la vie de l'étudiante Rory Gilmore. Au début de la série, la jeune fille est une lycéenne qui vit seule avec une mère célibataire immature. Lorelai Gilmore avait 16 ans lorsqu'elle est tombée enceinte. Elle a gardé le bébé et rompu avec sa famille. Rory nourrit le rêve - très américain - de changer radicalement de vie en intégrant la prestigieuse université d'Harvard. Spoiler, elle entrera finalement à Yale... qu'elle laissera tomber à cause des critiques d'un de ses professeurs en journalisme. Oui, comme ça sur un coup de tête. Conseil aux étudiants. Si vous avez intégré une de ces facs où les élèves réussissent le mieux, obtenez au moins votre diplôme ou vos équivalences avant de changer votre fusil d'épaule. Les professeurs américains font des pieds et des mains pour ne pas "choquer" leurs élèves... même si parfois, un bon coup de pied aux fesses serait plus efficace. Perséverez et accrochez-vous à vos rêves. Que penses-tu de ce phénomène ?

Source : HerCampus