Erasmus : "Ça m'a fait grandir", le témoignage d'Amélie étudiante en LEA

Ecrit par

A l'occasion du nouveau programme Erasmus, meltyCampus a décidé de partager avec vous l'expérience d'anciens "erasmusiens" ! Aujourd'hui, Amélie nous raconte son séjour à Lisbonne.

On vous en a déjà parlé, depuis la semaine dernière un nouveau programme d'échange a vu le jour ! L'erasmus +. Le but de ce dernier : augmenter le budget du programme et envoyer les jeunes étudiants d'origine "socio-professionnelle défavorisée" à l'étranger. Chez meltyCampus, à l'occasion de la sortie de cet Erasmus Evolution, on a décidé de partager avec vous l'expérience de quelques étudiants qui ont pu partir à l'étranger grâce à ce programme. Aujourd'hui, c'est Amélie qui nous parle de son aventure Erasmus. Cette jeune fille de 22 ans est en Master 1 LEA, l’année dernière, elle a passé 9 mois au Portugal et a fréquenté l'université Alberta Lisboa à Lisbonne. "J'avais bien préparé mon voyage, fac, logement, transport... Je me suis mise en colocation avec une brésilienne, Luna. On partageait une chambre étudiante, à 230 euros chacune par mois. Au début, la cohabitation a été compliquée parce que j'ai toujours été bordélique et Luna, elle était plutôt du genre Bree Van de Kamp. On s'est disputé plusieurs fois à cause de ça. Normal, si je suis venue au Portugal, ce n'est pas pour me retrouver avec une deuxième mère !".

desperate housewives animated GIF

Quand on lui demande à quel moment Luna et elle sont devenues amies, elle nous répond : "Au bout de trois semaines je pense. Le jour où son copain a décidé de la quitter à cause de la distance. Entre filles, il faut se serrer les coudes quand on fait face à des c*ns. A partir de ce jour-là, on a été super proche. Et j'étais contente, j'avais gagné une pote de drague !". Et qu'en est-il des études ? Vous devez le savoir, suivre des cours dans un autre pays, c'est loin d'être simple, mais Amélie s'en est assez bien sortie. "Le premier jour, j'ai fait celle qui n'avait peur de rien mais j'étais en stress intense. Luna n'étudiait pas à l'Alberta Lisboa donc j'étais seule contre tous ! Mais franchement, je remercie les portugais car ils ont été adorables avec moi. Premier cours, la prof de Littérature me présente et demande aux autres s'ils ont des questions à me poser. Et là, presque toutes les mains se lèvent. "Qu'est ce que tu aimes comme série ?", Est-ce que t'aimes sortir ?" T'aimes bien Ryan Gosling ?". Toutes ces questions m'ont fait rire et j'étais à l'aise du coup. Je savais qu'ils allaient être sympa avec moi."

Puis nous avons voulu savoir quelle avait été la plus grande difficulté pour Amélie. "Franchement, de loin, de très loin même, les transports ! Plusieurs fois je me suis retrouvée dans un coin paumé parce que j'avais mal lu les indications dans le bus ou parce que j'avais raté mon arrêt. Parfois même, il n'y avait aucun moyen de transport qui pouvait m'emmener là ou je voulais aller. Une fois je me rappelle, je me suis retrouvée dans une genre de campagne, personne aux alentours, panique totale. Je me suis mise à pleurer alors que c'est pas mon genre du tout. Mais bon, comme dans toute les histoires, il y eu un Happy-End !". Pour finir, on a voulu demander à Amélie en quoi cette expérience l'avait changé.

karen gillan animated GIF

"Déjà, grâce à ça mes parents ont compris que j'étais indépendante. Quand vous partez un long moment quelque part sans vos parents, en rentrant ces derniers ne peuvent plus vous dire "tu sors beaucoup en ce moment blabla". Parce qu'ils savent très bien que pendant neuf mois j'ai pu faire ce que je voulais. En plus, j'ai appris à parler portugais alors qu'avant, en cours, j'avais trop de mal à dire "je m'appelle Amélie". Et surtout, grâce à ce séjour, j'ai compris que je ne devais pas me reposer sur mes acquis. Oui la France c'est cool, mes amis sont cools, les soirées parisiennes sont cools ! Mais ailleurs, ça peut être encore plus cool ! Je peux rencontrer plein de gens, qui peuvent m'apprendre plein de chose. Ce qui est certain, c'est que je ne vais pas m’arrêter au Portugal !".

C'est vrai que les étudiants sont fans de ce programme et que la plupart du temps, les retours sont bons. Le témoignage d'Amélie nous prouve que partir via Erasmus ne peut déboucher que sur du positif. meltyCampus qui avait assisté à la conférence de lancement du programme d'Erasmus + se souvient d'une phrase prononcée par la commissaire européenne à l’Éducation, Androulla Vassiliou : "Chers parents, laissez vos enfants partir. C'est comme ça, qu'ils auront du caractère !". En plus là-bas, ils contriburont au million de bébé Erasmus !