Dear White People : Le film grinçant sur le racisme à la fac !

Ecrit par

meltyCampus est allé voir pour vous un film bien, bien sympa. Pour une fois, on prend parti et on vous explique pourquoi on a vraiment aimé !

Selon une étude, les campus regorgeraient d'étudiants sexistes et racistes. Aux États-Unis, c'est un problème particulièrement sensible et traité différemment de ce qu'on peut voir chez nous. En effet, si en France une association ou une résidence étudiante était réservée aux noirs, ce serait un immense scandale. Outre-Atlantique, c'est parfaitement normal et des étudiants noirs se battent contre le racisme à la fac en s'aidant de structures de ce type. C'est de là que part le film. L'histoire commence dans une fac américaine fictive mais très prestigieuse. Sam White est l'animatrice de Dear White People, une émission de radio grinçante où elle dénonce les préjugés auxquels les noirs doivent faire face dans, comme elle dit, "un monde de blancs". Elle est alors élue présidente de la résidence étudiante noire du campus et doit empêcher sa fermeture.

Outre Sam, l'activiste (presque) infatigable, le film nous présente Troy, l'étudiant modèle ambitieux, Lionel, homosexuel désabusé, Coco, blogueuse en mal de célébrité et Kurt, le fils à papa raciste - plus toute une galerie de personnages secondaires. On ne va évidemment pas vous spoiler le film, mais on peut quand même vous dire qu'il est drôle sans être vraiment une comédie (oui, le racisme, forcément, ça ne fait pas tellement rire). Les acteurs sont excellents et on passe un très bon moment. Seuls bémols : le rythme pas toujours très bien maîtrisé et des références qu'on ne saisit pas à chaque fois, puisque destinées à un public américain. Rappelons qu'une des sources d'inspiration du réalisateur sont les soirées blackface, dans lesquelles des étudiants blancs de "déguisent" en noirs à grands renforts de fond de teint foncé, perruques frisées et autres accessoires dignes des pires photos de soirées étudiantes. Une pratique qui n'appartient malheureusement pas au passé...