Cité de la réussite 2014 : L'expérience de Tony !

Ecrit par

L'édition 2014 de la Cité de la Réussite, c'était ce week-end, les 8 et 9 novembre. meltyCampus a interrogé Tony Heang, étudiant à SUP'Internet, qui vous raconte son expérience lors de cet événement !

Tony est en deuxième année de web marketing à SUP'Internet, grande école de technologies du web. Il n'a pas vraiment d'idée précise pour la suite de son parcours : "Le web, c'est très large", explique-t-il, "mes stages vont me permettre de définir dans quel secteur je voudrai travailler plus tard". La Cité de la Réussite, c'est un week-end de débats autour de l'entreprise et du monde du travail. Les invités sont des professionnels de secteurs variés, et cette année SUP'Internet est partenaire de l'événement, dont le thème est l'audace. Le directeur de l'école a donc envoyé un mail aux étudiants pour leur proposer de participer. Tony s'est renseigné sur les débats programmés et a décidé de participer : "Cétait intéressant par rapport à un avenir plutôt proche", précise-t-il.

Cité de la réussite 2014 : L'expérience de Tony !

Il a assisté au débat intitulé Comment transmettre et faire partager l'audace ?. Les intervenants étaient Anne-Laure Constanza, présidente fondatrice de Scarlett et Envie de Fraises, Michael Goldman, président fondateur de My Major Company, Philippe Journo, PDG et fondateur de la Compagnie de Phalsbourg, Anne Meaux, Présidente fondatrice d'Image Sept, et Jean-François Piege, Chef, le tout modéré par Etienne Gernelle. "C'était très intéressant", raconte Tony, "une demi-heure avant le débat, on a pu discuter avec les intervenants qui nous ont parlé de la création de leur entreprise, ils avaient envie de transmettre leur passion". Rappelons les avantages de créer une entreprise pour les étudiants !

Cité de la réussite 2014 : L'expérience de Tony !

"Ils avaient tous des points de vue très différents par rapport à la transmission", poursuit Tony, "Michael Goldman disait que l'audace, c'est de l'insoumission, qu'ils étaient tous insoumis dans sa famille, j'ai trouvé que c'était un terme fort". Il explique qu'il n'est pas venu assister aux débats avec une opinion précise sur le sujet, qu'au contraire, il ne savait pas trop comment l'aborder, "pour moi, l'audace c'était synonyme d'aplomb". Il est donc plutôt content d'avoir participé, car ce terme recouvre plus de choses que ce qu'il pensait, comme "le fait de se surpasser". Il réfléchit à la possibilité de monter une start-up comme projet de fin d'études. Quoiqu'il fasse, on lui souhaite de réussir !