Chine : Des universités corrompues ?

Ecrit par

En Chine, de nombreuses universités font l’objet d’enquête pour corruption. En effet, pas moins de cinq présidents d’université ont démissionné cette année après avoir fait l’objet d’accusation ! meltyCampus vous en dit plus.

Les dirigeants chinois ont lancé une campagne anti-corruption dans tout le pays, qui a même vu impliquer le vice-ministre de la Sécurité publique Li Dongsheng. Et il semblerait que les universités ne soient pas épargnées : cinq présidents d’université ont fait l’objet d’accusation de corruption et ont démissionné cette année, nous rapporte Le Quotidien du Peuple. Le mois dernier par exemple, l’université Renmi (une des plus prestigieuses de Chine) a vu Cai Rongsheng, le responsable de l’admission des étudiants, se faire arrêter alors qu’il tentait de fuir le pays. Il y a deux semaines, c’est Yi Xiaoyu qui fait l’objet d’une enquête de corruption liée à la construction d’un nouveau campus, il est le vice-président de l’université du Sichuan (l’établissement le plus respecté dans le sud-ouest de la Chine). Et ces enquêtes pourraient être seulement la partie visible de l’iceberg. À la fin de l'année dernière, 1 735 des 2 442 présidents avaient été nommés par le gouvernement, ceux qui n'ont pas été nommés par les autorités travaillent tous dans des établissements privés.

Chine : Des universités corrompues ?
Les étudiants, premiers touchés

"Les problèmes sur les campus n'ont pas été l'objectif principal de la lutte contre la corruption au cours des dernières années, mais à en juger par les récents événements, le problème est grave. D'autres cas sont très susceptibles d'être révélés, si les enquêtes sont intensifiées", a dit Ren Jianming, directeur du Centre de recherche et d'enseignement de gouvernance propre à l'Université de Beihang à Beijing. La corruption dans les universités peut être considérée comme "moins importante" que dans d’autres cas où l’argent est impliqué, mais les experts ne sont pas d’accord avec cette idée. Selon eux, cette corruption est d’un type unique aux institutions universitaires (principalement centrées autour des inscriptions et des allocations des fonds de recherche), ce qui pourrait avoir un impact direct en entravant la mobilité sociale et en ralentissant le rythme de l’innovation.

Chine : Des universités corrompues ?

Si au Congo on peut corrompre ses professeurs en dix étapes, en Chine on s’inquiète pour l’avenir des étudiants. "Cela peut même avoir une influence négative sur les valeurs propres des élèves car l'université est un moment crucial, au cours duquel beaucoup d'entre eux apprennent leurs valeurs pour la vie", a déclaré Guo Yong, Vice-directeur du Centre de recherche et d'éducation en gouvernance propre à l'Université Tsinghua. "Je connais une université où quatre hauts dirigeants sont partis à la retraite cette année. L'élection a eu lieu et quatre professeurs ont obtenu le plus grand nombre de voix. Toutefois, à la surprise de beaucoup de gens, les professeurs ont finalement perdu. Les quatre postes ont été octroyés à des membres du personnel administratif nommés directement par le niveau supérieur du gouvernement. L'affaire a fait très mauvais effet sur le moral des enseignants et des étudiants", a dit Chu Zhaohui, chercheur principal à l'Institut National de l'Education.

Chine : Des universités corrompues ?
Vers une amélioration ?

Si les présidents d’universités n’ont pas les compétences qu’on attend d’eux, des mouvements étudiants (ou d’enseignants) pourraient se manifester comme en Iran où les étudiants demandent la démission de beaucoup de chefs d’établissements. Cependant, un plan de réforme de grande ampleur est attendu. En effet, le mois dernier, une réunion du Parti a reconnu la nécessité d’un changement dans le secteur de l’éducation. L’autonomie des universités et l’amélioration de la gouvernance interne vont être retravaillées, et le système de classement des fonctionnaires dans les établissements scolaires et universitaires devrait progressivement être supprimé. En effet, dans le système actuel, les postes sont attribués en fonction d’un système de classement politique, de la même manière qu’aux responsables du Gouvernement et aux dirigeants des entreprises publiques. Par conséquence, le rang plus élevé a toujours la voix la plus forte dans le processus de prise de décision, y compris l'allocation des fonds de recherche. Pensez-vous que la situation va changer ou révéler de nouvelles histoires de corruption ?