Cette étudiante vend son diplôme 50 000 dollars !

Ecrit par

Que faire lorsqu'un diplôme ne tient pas ses promesses ? Cette étudiante américaine déçue a trouvé une vengeance originale. Elle vend le sien pour 50 000 dollars !

Aux États-Unis, 60% des diplômés de l'université occupent un emploi peu qualifié. Crise économique oblige, il faut bien manger. Tous les diplômes ne rendent pas riches, loin de là. Pire encore, selon la Banque Fédérale de New York, ils seraient 27% à travailler dans un secteur qui n'a rien à voir avec leur diplôme. C'est d'autant plus cruel qu'au pays de l'Oncle Sam, un diplôme universitaire rime presque toujours avec endettement. Plus d'un ex-diplômé doit se sentir amer et floué. Tant d'années de travail scolaire acharné pour des clopinettes ? Il en faut plus que cela pour abattre Stephanie Ritter, diplômée de théâtre en 2011. La jeune femme travaille aujourd'hui comme assistante, un job qui n'a rien à voir avec ses ex-aspirations d'étudiante. Stephanie a donc décidé de mettre en vente son diplôme sur E-Bay pour 50 000 dollars. "Je me suis dit que ce morceau de papier était convoité par de nombreuses personnes. En revanche, pour un grand théâtre, il ne signifie pas grand-chose. J'accomplis exactement les mêmes tâches et je suis payée autant que ceux qui ont abandonné la fac en première année. Sauf que moi, j'ai une dette de 40 000 dollars en plus" a-t-elle déclaré sur BuzzFeed.

Cette étudiante vend son diplôme 50 000 dollars !

Désormais pour Stephanie, son diplôme n'a "pas plus d'intérêt qu'un dessous de verre." Avec humour, elle propose aux acheteurs potentiel de leur céder au passage son "expérience à l'université". Comprenez que pour ce prix-là, la demoiselle propose une immersion dans l'univers de la fac. Cela inclut une visite de ses cafés/restaurants favoris sur le campus, un accès pendant six mois à son album Facebook souvenir ainsi qu'une visite du département de théâtre de l'université. "Je louerai une voiture pour vous montrer la plus vue du Capitole, là d'où le bâtiment ressemble le plus à un pénis" précise-t-elle avec humour. Si c'était à refaire, Stephanie Ritter retournerait à l'université. En revanche, elle se montrerait plus regardante sur la diversité culturelle de son campus. "L'université de Floride était géniale, mais on y trouve bien 1000 garçons hétérosexuels pour un homosexuel. Je n'avais pas vraiment conscience de l'existence de la communauté gay, jusqu'à ce que je rejoigne récemment un groupe de femme. La plupart d'entre elles sont lesbiennes. Je me suis dit que c'était le genre d'expérience que j'aurais dû vivre à l'université" raconte Stephanie. En guise d'ultime conseil, la jeune femme recommande d'être "très prudent" avec les prêts étudiants. Ce n'est pas la peine de devenir Sugar Baby, si c'est pour revendre son diplôme sur E-Bay.

Source : BuzzFeed