Ces étudiants paient leur permis de conduire avec du bénévolat !

Ecrit par

La ville de Tourcoing (Nord) finance le permis de conduire des jeunes de moins de 25 ans, contre des heures de bénévolat.

Financer son permis de conduire devient vite un casse-tête financier pour les étudiants. Les astuces pour passer son permis sans se ruiner servent souvent de bouée de sauvetage. La ville de Tourcoing (Nord) a décidé de leur donner un coup de main. Le "pass’permis" permet à tous les jeunes de moins de 25 ans sans distinction de revenus. Le seul critère important est la nécessité absolue d'obtenir le permis de conduire. Si le jeune peut facilement accéder aux transports en commun par exemple, sa candidature ne sera pas retenue. Il doit aussi résider à Tourcoing depuis au moins cinq ans. "Le pass’permis concerne les jeunes de la Mission locale, mais aussi les étudiants, même si leurs parents ont des revenus confortables. On vérifie surtout qu’il s’agit d’un réel besoin, indispensable pour concrétiser le projet professionnel des jeunes. L’objectif, c’est qu’ils aient un boulot" explique Doriane Bécue (vice présidente du conseil départemental) à la Voix du Nord. Elle est responsable de l'opération avec Sarra Benhenni, adjointe à la mairie de Tourcoing en charge de la jeunesse.

L'initiative a connu une certaine notoriété, puisque la mairie a reçu plus de 300 demandes depuis septembre 2015. Pour le moment, seuls 20 candidats ont été retenus. Dès février 2016, ils seront en stage dans les services de la ville. Chacun d'entre eux devra donner 35 à 50 heures de bénévolat, selon son profil. La ville a engagé un budget de 10 000 euros pour financer 100 permis par an. Le financement du permis des candidats reste conditionné à la qualité de leur engagement pour la collectivité. En d'autres termes, ils ne pourront pas se contenter d'un stage café/photocopieuse. "Pour certains, ce sera un premier pas vers le monde du travail" confie Sarra Benhenni. Dans la commune de Tourcoing, 25% des jeunes sont au chômage. Payer son permis avec du bénévolat, c'est toujours moins contraignant qu'avec une prestation sexuelle. Les candidats écartés de la sélection initiale pourront retenter leur chance l'année prochaine. Que penses-tu de cette initiative ?

Source : La Voie du Nord