Bref, j'suis étudiant : Je fais une croix sur les soirées !

Ecrit par

Difficile de concilier les soirées étudiantes et la réussite aux examens. Dans le nouveau numéro de "Bref, j'suis étudiant", une jeune femme a décidé d'arrêter les apéros en semaine.

La première partie de l'année s'est HYPER bien passée ! J'étais tellement contente de quitter le lycée que je me suis immédiatement intégrée à l'université. Après 3 ans, j'en avais marre de voir toujours les mêmes têtes... J'ai donc été ravie de pouvoir rencontrer d'autres gens ! Le hic ? C'est que j'ai beaucoup profité... peut-être trop ! Avec mes potes de promo, on a multiplié les soirées. Au début, c'était pour faire connaissance, et puis après, c'était juste parce qu'on kiffait. Comme la majorité d'entre nous rentrait chez elle le week-end, on a fait ça les soirs de la semaine. C'était cool... Mais le réveil du lendemain, lui, l'était beaucoup moins - c'est à ce moment que j'ai regretté profondément l'amour des étudiants pour l'alcool ! A la fac, j'ai commencé à traîner dans ma prise de notes, ou à carrément rester dans mon lit parce que j'étais incapable d'aller au premier cours de la journée. Je pensais que j'allais pouvoir gérer quand même... Je me trompais !

dancing party gaby hoffman

De toute évidence, je gère beaucoup moins bien la fatigue que mes potes de promo. La preuve ? Les notes que nous avons obtenues aux examens du premier semestre... Eux s'en sont bien sortis, mais moi, je passe au rattrapage. En voyant que ma moyenne était de 9,2, j'étais dégoûtée. Certes, je vais sans doute pouvoir rectifier le tir... Mais si je continue comme ça, ce sera encore pire au deuxième semestre. Du coup, j'ai pris une bonne résolution - et celle-là je vais tâcher de la tenir ! Plus d'apéros ni soirées étudiantes en semaine, seulement le vendredi soir. Je sais que ça va être difficile de savoir que les autres s'éclatent pendant que je suis en train de réviser. Mais je vais y arriver, il le faut ! Je n'ai plus qu'une chose à dire... Vivement les vacances pour que je puisse faire la fête sans conséquence. Et toi, tu arrives à concilier les deux ?