Bored to Death : Jonathan Ames crève l'écran !

Ecrit par

Chaque semaine, Herveys fait sa rentrée avec un nouveau prof. Il vous fait découvrir le cours auquel il a assisté, même si Herveys n'aime pas vraiment les profs… Cette semaine, zoom sur Jonatham Ames de la série Bored to Death, le prof le plus dépressif du moment !

Du côté de ma fac, endroit surréaliste dont je tairais le nom par honte, le cours de Rupert Giles sur les vampires a cartonné. Il semble que les étudiants soient fans de l'étrange et du fantastique, ils aiment ce mélange de culture populaire et de légendes urbaines. L'actualité les intéresse moins alors que les lycéens déboulent dans les rues pour protester à propos de l'affaire Léonarda. Je m'étonne, mais je ne prends pas parti, que dire sur ces situations politiquement insensées ou royalement dérangeantes qui jalonnent notre vie ? Peut-on vraiment changer ces choses déprimantes ? Assis sur les marches du bâtiment principal de l'université, je me pose ces questions. Penseur, rêveur, je regarde les gens passer et les pigeons picorer les miettes de pain qu'un homme leur lance. Nos regards se croisent. En fait, seul le mien se détourne, il me fixe.

Bored to Death : Jonathan Ames crève l'écran !

Il se lève et se rapproche. Sous sa veste style gabardine, il porte un costume 3 pièces dans le même genre que celui de Rupert Giles. Une fois à ma portée, il s'arrête et marque un temps d'arrêt. Il regarde à droite, puis à gauche. Comme s'il allait traverser une route, ou faire preuve de discrétion. "Bonjour jeune homme, êtes-vous étudiant ici ?" demande-t-il. J'acquiesce. Dans une grande expiration, il s'affale sur les marches à côté de moi. "Je m'appelle Jonathan Ames, je suis professeur de littérature." Trentenaire aux cheveux d'un noir profond, sa démarche mystérieuse et maladroite me laisse penser qu'il ne fera pas long feu ici. D'un autre côté, ce type semble avoir encore moins d'autorité qu'une Jessica Day et sûrement rien d'avantageux pour compenser. Je ne devrais pas être si méchant, et puis il m'intrigue, alors je demande "c'est quoi votre truc à vous ?"

Bored to Death : Jonathan Ames crève l'écran !

Il pousse une nouvelle expiration et me répond : "Je suis écrivain de nouvelles. Un romancier raté... Mon dernier livre a eu un bon succès mais je suis en panne d'inspiration. Je fais le professeur..." Il s'arrête et regarde une nouvelle fois de chaque côtés. "Pouvez-vous me dire..." Herveys, je m'appelle Herveys. "Pouvez-vous me dire, Herveys, à quelle heure commence notre cours ?" Ce personnage m'intrigue, il ressemble à une mauvaise caricature de prof. 14h. Il se lève d'un bond, "je ne veux pas être en retard à mon premier cours !", il lance avec enthousiasme avant de se précipiter loin de moi.

Bored to Death : Jonathan Ames crève l'écran !

Lorsque j'arrive dans l'amphithéâtre, Mr. Ames me dit "dépêchez-vous Harley !". Je m'approche discrètement de son bureau et je lui précise une nouvelle fois mon nom. Il se penche vers moi et me souffle "Veuillez m'excuser Herveys. À cause du vin blanc et de la marijuana, toute ma vie ressemble au film Memento." Que voulez-vous répondre à ça ? Son téléphone sonne et dans une nouvelle tentative maladroite de discrétion, il répond. "Georges ?" Il se tourne vers nous pour s'excuser. "C'est mon patron... Il dirige une revue féminine, ce qui l'a rendu accro aux femmes, à l'alcool et au frisson... Oui, Georges. Je ne peux pas te parler pour l'instant... Quoi ? Georges, es-tu ivre ? Bon, je te rappelle." Puis il raccroche. "Excusez-moi. Je disais donc...", il s'assoit sur son bureau et prend la pose du penseur de Rodin. "Je suis Jonathan Ames, écrivain et... professeur de littérature, aujourd'hui."

À côté de moi, mon camarade me montre l'emploi du temps de la journée. Le cours de littérature auquel on doit effectivement assister, aurait du être dispensé par un certain Philip Smith... 10 minutes plus tard, il fait son apparition, "Désolé pour mon retard... Qui êtes-vous ?". Un grand moment de confusion qui laisse la classe dans le silence total. Jonathan lève son sourcil gauche, une tentative une nouvelle fois maladroite pour se sortir de la situation gênante. À travers ses joues, on voit sa langue qui s'étire à l'intérieur de la bouche et qui se touchotte les dents. "Perturbant" n'est pas vraiment le mot qui convienne, mais c'est le premier qui me vient à l'esprit.

Bored to Death : Jonathan Ames crève l'écran !

Pourtant, un retournement de situation va chambouler la scène. Pendant ses périodes de pannes d'inspiration littéraire, Jonathan nous révèle qu'il passe son temps à se prendre pour un détective privé, aujourd'hui à la recherche d'un certain Philip Smith... Ces deux-là se regardent quelques instants puis Smith prend la fuite ! Jonathan se lance à sa poursuite dans les couloirs de l'université et mes camarades de classe, armés de leur téléphone portable, suivent le mouvement. Moi, je reste là et je regarde par la fenêtre. J'aperçois Jonathan et Philip, ils se poursuivent dans la cour, tournant autour des voitures, aussi ridicule l'un que l'autre. "Étrange" n'est pas le mot qui convienne, mais c'est le premier qui me vienne à l'esprit. Jonathan Ames, le juif New-Yorkais complexé de Bored To Death, est venu tuer l'ennui dans notre fac. Détective privé sans licence, Philip Smith doit être sa nouvelle cible. Je les regarde par la fenêtre et légèrement ennuyé, je me demande comment aurait été le cours sans son intervention...

Bored to Death : Jonathan Ames crève l'écran !
Le générique de Bored to death
Bored to Death : Jonathan Ames crève l'écran !
Bored to Death : Jonathan Ames crève l'écran !