Bac 2015 : "Les rattrapages ce n'est pas si terrible !" le témoignage de Thomas !

Ecrit par

Les résultats du Bac sont tombés hier et, malheureusement, certains d’entre vous ont découvert avec tristesse et amertume qu’ils étaient aux rattrapages. Thomas nous raconte le souvenir qu’il en garde.

Si la grande majorité des candidats au Bac généraliste ont appris qu’ils étaient admis hier dans la journée et ont fêté ça comme il se doit, d’autres doivent passer par la case rattrapages avant d’enfin pouvoir souffler. Thomas, qui s’est lui aussi retrouvé dans cette situation l’année dernière, nous raconte comment il a vécu cette expérience. Loin d’être un cancre, il avait malheureusement raté son épreuve de maths dans un excès de panique et, en série S, ça ne pardonne pas : "J’étais très déçu parce que ça s’était joué à pas grand-chose et qu’en plus certains de mes amis qui avaient moins bossé que moi l’avaient eu, eux. […]. Enfin bref, après avoir versé quelques larmes de circonstance, j’ai repris mes esprits et ai commencé par me faire un planning militaire du petit déjeuner au coucher".

Bac 2015 : "Les rattrapages ce n'est pas si terrible !" le témoignage de Thomas !

Mais, même si Thomas était loin d’être mauvais, il a décidé de mettre toutes les chances de son côté en demandant de l’aide à un ami très bon en maths : "Pour être sûr de ne pas paniquer en ne comprenant pas un énoncé et pour avoir de bons conseils pour gérer au mieux l’épreuve et éviter d’être paralysé par le stress, j’ai demandé à un ami s’il accepterait de m’aider et il a été très sympa de le faire. Pour le motiver à accepter, je lui avais promis de lui payer des verres quand je serai enfin bachelier". Et Thomas a eu raison de le faire parce que, mieux que d’avoir une note correcte, il a obtenu la note incroyable de 16/20 ! "J’avais vraiment bossé très dur pour réussir cette épreuve, je suis donc arrivé relativement confiant le jour J et, même si on ne peut jamais enlever complètement le stress, j’ai réussi à garder mon calme tout au long de l’épreuve". D’un autre côté, si Thomas n’avait pas eu son Bac, ça n’aurait pas été la mer à boire non plus !