Bac 2014 : Épreuve orale de Français, "comment j'ai triché"

Ecrit par

En première, on passe la fameuse épreuve anticipée de français. Premier round du bac, cette épreuve consiste à apprendre l’analyse de textes. Le seul petit problème, c’est qu’il y en a un peu beaucoup, voire carrément trop.

Baptiste a passé son bac français il y a six ans, donc une éternité. Mais malgré le temps qui passe, il se souviendra toute sa vie de son oral de français. Notre étudiant est comme Priscilla qui nous confessait qu’elle avait triché toute sa vie. Baptiste fait partie des gens qui se sont toujours "aidés" pendant les examens. Comme tous les lycéens, notre tricheur professionnel croulait sous le boulot avec tous ces textes à apprendre, et comme beaucoup d’étudiants, Baptiste s’est concentré sur presque tous les textes sauf un. Il nous raconte "je ne sais plus le nombre de textes que je devais apprendre, mais il y en avait beaucoup ! J’ai complètement fait l’impasse sur les textes de Don Juan". Etant donné que notre lycéen sait pertinemment qu’il n’a jamais de chance, il a souhaité avoir un filet de secours. Comment ? En trichant bien évidemment. "Dans un de mes deux livres de Don Juan, j’ai noté sur tous les textes ce qu’il fallait que je dise, j’avais tout marqué donc si je tombais dessus j’étais sûr de tout déchirer", nous raconte Baptiste.

Bac 2014 : Épreuve orale de Français, "comment j'ai triché"

L’avantage de cette technique, c’est que s’il se trompe de livre, il dit à la prof qu’il a oublié de gommer les notes du bouquin qu’il a utilisé pendant les cours, tout en montrant que celui qu’il a dans les mains est vierge de toute écriture. Plutôt malin, avec presque aucun risque et surtout diaboliquement efficace. Baptiste avait, en tout cas, prédit vrai "je suis tombé sur Don Juan, j’en étais sûr ! J’ai donc sorti mes deux livres en tendant, bien évidemment, celui où je n’avais rien marqué. L’enseignante l’a pris sans se poser plus de questions. Le tour était joué, les dés étaient pipés". Comme vous pouvez vous imaginer, Baptiste a littéralement "déchiré" son épreuve de français grâce à sa petite astuce."Je me souviens encore de mon oral et de toutes les questions qu’elle m’a posées. J’ai éprouvé de la jouissance de tricher. Le fait de duper le bac, l’école et le système scolaire me fait plaisir, c’est pour ça que j’ai continué cette pratique. Ça doit être mon côté anarchiste". Il a donc décroché un joli 16 absolument non mérité, mais "il s’en contre fout" comme il le dit. Baptiste a triché toute sa vie et il le vit très bien. Après cette histoire, nous pouvons nous demander si la triche est elle vraiment combattue ?