Alcool : Des jeunes se saoulent pour une émission !

Ecrit par

Chez meltyCampus, on n'a rien contre quelques verres de temps en temps avec les copains (et avec modération, évidemment). Mais on sait que chez certains, ça peut vite faire des ravages. Le but de ce nouveau concept d'émission est de l'éviter.

On connaît tous quelqu'un qui est tellement de toutes les soirées qu'il ne dessoûle quasiment pas de la semaine – et le weekend, c'est une épave. Sans même aller jusque-là, boire beaucoup d'alcool, ça peut très vite mal tourner : accidents, blessures, bagarres, voire coma éthylique. Dans la nuit du 2 au 3 octobre, une étudiante avait chuté du deuxième étage et avait fini dans le coma. Du coup, France 4 a eu une idée toute simple pour faire prendre conscience aux jeunes des effets néfastes de l'alcool : leur montrer. Et pas avec des diagrammes et autres expériences abstraites. Il s'agit ni plus ni moins que de servir des verres d'alcool à un groupe de jeunes (bon, pas non plus jusqu'à ce qu'ils soient ivres morts, il ne faut pas exagérer), puis de les filmer. À côté, un autre groupe reste sobre et affronte ceux qui sont ronds comme des queues de pelle dans des épreuves du style jeux d'échecs ou dessin (et, bien évidemment, ils les gagnent toutes). L'émission s'appelle Alcootest.

Alcool : Des jeunes se saoulent pour une émission !

Tiphaine de Raguenel, la directrice des programmes de France 4, évoque " un discours de sensibilisation avec une forme susceptible de parler aux jeunes". Jean-Marc Morandini, lui, s'est indigné sur Europe 1, en disant qu'il était inconcevable de fournir de l'alcool à volonté à des jeunes. Philippe Batel, addictologue, souligne qu'il est peut être dangereux de boire de l'alcool, même en petites quantités. On peut en tout cas rester un peu sceptique devant le concept de l'émission : les jeunes ne sont pas idiots, ils savent que trop boire peut attirer des ennuis. C'est la drôle de réalité de l'étudiant bourré. Mais il est vrai qu'on a vu émerger des modes stupides, vraiment dangereuses et douloureuses aussi quant à la manière dont on s'enivre : neknomination (mettre ses amis au défi sur Facebook de se filmer en train de boire), eyeballing (se verser de la vodka dans les yeux) ou encore tampons hygiéniques imbibés d'alcool fort insérés dans les parties génitales (oui, on parle bien de vodka dans l'anus ou le vagin et non, on n'a pas compris ce qui a bien pu passer par la tête de ceux qui ont eu l'idée). Non, non, ce n'est malheureusement pas une légende urbaine. Enfin, on ne va quand même pas montrer ça à la télé.

Alcool : Des jeunes se saoulent pour une émission !
Source : http://www.digischool.fr