Admission Post-Bac : 3 étudiants sur 10 regrettent leur choix !

Ecrit par

Question orientation, les étudiants ont tendance à procrastiner. Dur dur de faire un choix qui engage son avenir. Un quart d'entre eux se seraient d'ailleurs déjà réorientés. meltyCampus analyse le phénomène.

"Choisir, c'est renoncer. Qu'il est difficile et terrifiant de renoncer." Les étudiants pourraient graver cette citation de Dominique Lévy-Chédeville (écrivain belge) sur la porte de leur conseiller d'orientation. Choisir sa filière provoque un léger vertige chez les lycéens. L'orientation commence dès la fin de la troisième, mais la plupart des élèves se convainquent qu'ils ont le temps d'y penser... au point de repousser la question jusqu'à la fin de la classe de Terminale pour 41% d'entre eux. Procrastiner au maximum avant de s'orienter pour de bon. C'est la tendance révélée par une enquête d'OpinionWay. Le sondage a été réalisé pour le réseau LinkedIn auprès de 2 000 étudiants, et publié le 11 mai 2015. D'après l'Etudiant, trois étudiants sur dix affirment qu'avec le recul, ils auraient choisi un autre parcours d'études. Les étudiants sont globalement plus satisfaits de leur orientation quand ils choisissent une école (93%) que lorsqu'ils sont à la fac (79%). Pour les insatisfaits, ils sont 22% à envisager une autre filière, comme ces étudiants en PACES qui se réorientent dès la première année en école d'ingénieurs. Si un quart des sondés a déjà franchi le pas de la réorientation, ils sont 71% à la fac et 58% en école à regretter de ne pas avoir davantage été accompagnés dans leur orientation au lycée.

Personne n'a envie de se retrouver piégé par une erreur de parcours. Les étudiants sont de grands consommateurs d'information pour leur orientation. Pour se décider, ils se dirigent en priorité vers les sites spécialisés. Puis ils consultent les dossiers et les classements des médias traditionnels. Les réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn arrivent en troisième position. Ensuite, les indécis participent à des salons spécialisés ou à des portes ouvertes comme les Journées Découvertes du Web à SUP'Internet. Les outils mis à disposition par les pouvoirs publics (comprenez l'Education Nationale) apparaissent en dernier. La réputation de l'établissement reste un critère primordial de décision, en particulier pour les écoles d'ingénieurs. Vient ensuite la possibilité de rester dans sa région d'origine pour ses études. Tous les étudiants ne sont pas pressés de partir étudier au bout du monde ! Selon leur profil, les étudiants sont sensibles à différents aspects de leur formation. Les candidats aux écoles d'art, d'architecture, de journalisme ou de communication pensent d'abord coût des études. Les futurs étudiants en économie et finance, réfléchissent en termes de débouchés sur le marché du travail. Quelque soit leur orientation, les étudiants sont 77% à penser trouver du travail dans leur branche après leur diplôme.

Source : http://www.letudiant.fr/