8 signes qui prouvent que tu es un étudiant accro à Candy Crush !

Ecrit par

Tout le monde connaît Candy Crush, le jeu Facebook qui rend fou les gens qui y jouent et ceux qui reçoivent des dizaines d'invitations de ceux qui y sont accro. meltyCampus vous aide à savoir si vous faites partie de la deuxième catégorie !

Oui, d'ailleurs, justement, parlons-en, de ces invitations, demandes de vies, offres de vies dans l'espoir qu'on vous en donne une en retour, statuts pour faire savoir au monde que vous avez battu votre record personnel (tous les deux jours), on en passe et des meilleures. Quand Candy Crush devient un des signes que tout le monde vous hait sur les réseaux sociaux, c'est peut-être le signe que vous êtes accro ! Student Beans ne nous contredira pas sur ce point.

D'ailleurs, vous savez ce qui va se passer à Noël ? Vous allez vexer toutes les personnes qui s'attendaient à un cadeau de votre part, vu que tout votre argent passe dans le jeu. Vous vous dites que ce que vous allez offrir à votre nouveau copain/votre nouvelle copine, c'est un bisou et un bon pour un super massage (remarquez, c'est toujours appréciable). En fait, depuis peu, vous vivez au Starbucks vu que vous ne pouvez plus payer de loyer et qu'il y a le wi-fi. VDM.

Vous avez quand même besoin de sous : un étudiant sur deux travaille pendant ses études et vous en faites partie. Du coup, vous avez lâché votre job de serveur/caissier/n'importe quoi qui réclame qu'on utilise ses deux mains. Vous bossez pour une hotline quelconque. Quand on vous appelle, vous pouvez utiliser votre autre main pour jouer (si c'est au porno que vous êtes accro, c'est franchement dégoûtant, sachez-le). Vous vous dites que votre boss ne remarquera rien. Vous vous faites virer au bout de deux jours.

Vous vous découvrez une addiction gênante aux bonbons, à force d'en faire défiler toute la journée sur votre écran. Vous parlez bonbons, pensez bonbons, rêvez bonbons, et surtout, vous mangez des bonbons. Attention : un jour, vous aurez tellement grossi que vous découvrirez que vous êtes coincé sur votre chaise en face de l'ordinateur. Vous n'aurez alors plus qu'à passer des commandes de confiseries en ligne que le livreur vous jettera par la fenêtre. Vous serez devenu une sorte de périphérique humain.

Vous perdez vos amis, aussi. Ils n'y connaissent rien dans l'art d'aligner des sucreries, c'est nul. A la place, vous vous rendez régulièrement à des réunions des Candy Crushers Anonymes. Vous faites croire à tout le monde que c'est un groupe pour se désintoxiquer, mais c'est une ruse : en fait, vous échangez des trucs et astuces. Mais pas les bonbons. Ce sont VOS bonbons. Le collégien suspendu pour avoir sniffé ses smarties comme de la cocaïne ? Il jouait trop à Candy Crush et ne voulait pas qu'on lui pique ses précieuses boulettes de sucre.

Si vous n'habitez pas une très grande ville, vous n'avez qu'Internet pour échanger avec la communauté. Seulement, la force d'Internet, c'est qu'on y trouve tout ce qu'on cherche pourvu qu'on sache où le trouver, et la faiblesse d'Internet, c'est qu'on y trouve tout ce qu'on cherche pourvu qu'on sache où le trouver. Du coup, vous passez vos nuits sur le web en quête de quelqu'un qui saura vous dire comment finir ce p*tain de niveau 404.

Avant,vous le saviez, qu'il y a des choses qu'on ne devrait pas faire quand on est bourré. Enfin, vous le savez toujours, mais vous jouez quand même, c'est tellement un super jeu ! Le lendemain, non seulement vous êtes furieux car vous êtes incapable de trouver la solution du niveau 404 que vous aviez pourtant fini hier avec deux grammes dans chaque bras, mais en plus vous trouvez tous vos contacts Facebook qui vous attendent en chair et en os en bas de chez vous, armés de fourches et de torches enflammées, prêts à vous expliquer ce qu'ils pensent des 500 invitations que vous avez envoyées la veille.

Enfin, cet article n'a eu aucune utilité pour vous. Logique : vous en êtes à préférer vivre dans la rue plutôt que d'arrêter de jouer à Candy Crush vingt-quatre heure sur vingt-quatre, sept jours sur sept. Vous ne vous nourrissez plus que de bonbons parce que les autres trucs comestibles vous semblent assez abstraits voire franchement suspects (sauf la pizza, parce qu'il ne faut pas déconner). Alors, LIRE ?!? Pfft ! Comme si vous aviez le temps ! OK, on a compris mais on n'aime pas parler dans le vide. Soyez certains qu'on se joindra à la populace munie de fourches et de torches enflammées devant chez vous à la première heure demain. Petit jean-foutre.

Source : studentbeans.com