43330jeunes en ligne
NewswatFashionStyleBuzz
FoodCampusXtremdiscoveryfan2MCMJunevirginradioneonmag
CommunautéConcours


For Women In Science : Rencontre avec le Docteur Farah Ouechtati, généticienne lauréate d'une bourse L'Oréal-UNESCO

Tous les ans, la fondation l’Oréal et l’UNESCO remettent le prix l’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science à cinq femmes scientifiques d’exception ainsi que 15 bourses récompensant les projets de recherches les plus prometteurs de doctorantes ou de post-doctorantes. meltyCampus a rencontré pour vous une des boursières, Farah Ouechtati.

Farah Ouechtatiinterview

Il y a de quoi être un peu intimidé lorsque l’on connaît le parcours de Farah Ouechtati, chercheuse post-doctorante en neurosciences et en génétique, mais c’est une jeune femme souriante, qui évoque ses recherches avec plaisir, lors d'un entretien pour meltyCampus. La genèse d’un tel parcours réside dans un intérêt précoce pour la science : "Au lycée, nous dit-elle, j’ai eu l’occasion d’avoir deux professeurs qui ont pu réveiller en moi ce côté curieux au niveau des phénomènes des expériences scientifiques […] c’est cette curiosité qui a fait, qu'à ce moment là, j’ai voulu devenir généticienne". Après le bac, elle a suivi le cursus scientifique et a poursuivi ses études en tant que chercheuse pour finalement rejoindre l’Institut Hédi Raïs d’Ophtalmologie, l’Institut Pasteur de Tunis et le département de génétique de l’Institut de la Vision de Paris. Aujourd’hui, elle travaille sur les maladies neuro-dégénératives, aussi bien sur l’œil que sur le cerveau. Un projet de recherche qui représente selon elle "un lien entre mes travaux actuels et mon passé". Dans ce projet, la lutte contre la maladie d’Alzheimer occupe une place centrale.

L'oréal femmes sciences 2014 bourse candidates Farah Ouechtati
Farah Ouechtati

Le projet de Farah Ouetchati est porteur d’espoir pour les patients atteints d’Alzheimer comme pour leurs proches, car cette maladie aux origines multi-factorielles est un véritable calvaire. Pour le moment, les patients reçoivent des soins visant à réduire leur souffrance et celle de leurs proches et à mieux vivre avec la maladie au quotidien. Il n’y a pas de traitement de cette maladie mais des projets thérapeutiques prometteurs qu’il est très important de promouvoir. Une autre difficulté est que cette maladie est relativement méconnue, car en partie liée à l’augmentation de l’espérance de vie. Elle oblige donc les chercheurs à étudier "un corps vieillissant, nouveau pour les chercheurs", comme le souligne Farah Ouechtati.

Les lauréates
Les lauréates
L'Oréal - La cérémonie !L'Oréal - La cérémonie !

Si le prix l’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science existe, c’est également pour mettre en lumière la sous-représentation des femmes dans le secteur scientifique. En effet, même si elles sont aujourd’hui plus nombreuses, moins d’un chercheur sur trois est aujourd’hui une femme dans le monde. Les causes ? Un véritable décrochage dû à des pressions sociales (non un scientifique n’est forcément un homme) ou à des clichés (par exemple être chercheuse ne signifie pas se cloîtrer dans un laboratoire et renoncer à toute vie de famille) qui s’effectue dès le lycée. Pour Farah Ouechtati, le fait d’être une femme n’a absolument rien changé : "C’est vraiment le coté compétence qui a primé". Trois éléments sont, selon elle, essentiels pour poursuivre une carrière de chercheuse. "Pour faire de la recherche, il faut beaucoup de patience, de passion, et de discernement". Des qualités essentielles, pour un travail exigeant et de longue haleine. Mais le jeu en vaut la chandelle : "Quand on a des résultats, on en est fier. On se sent vraiment utile pour la communauté. C’est vraiment le plus beau cadeau qui soit". Pour plus de détails, discov-her.com vous présente la fondation l'Oréal-UNESCO.

Crédit photos / vidéos : L'Oreal
Twitter

Plus d'actu sur L'Oréal

1 commentaire