Festiblog BD 2013 : Boulet, "quel autre métier me permettrait de faire ça ?"

Le festiblog, en partenariat avec e-artsup, c'était ce week-end à Paris avec des grands noms des blogs BD. Parmi eux, Boulet, auteur du blog Bouletcorp, qui cartonne sur la toile. meltyCampus l'a rencontré pour parler de son parcours.

meltyCampus était au festiblog ce week-end pour rencontrer des auteurs de Web comics devenus des références en la matière. Un festival en partenariat avec e-artsup, école qui associe créativité et l'interactivité du Web. Parmi ces 200 auteurs venus du monde entier pour rencontrer leurs lecteurs, Pénélope Bagieu, connue pour le blog "Ma vie est tout à fait fascinante" et Joséphine, et Gilles Roussel, aka Boulet, devenu une des stars des blogs BD français depuis la création de son blog Bouletcorp. L'occasion d'en savoir un peu plus sur sa formation, ce qui l'a emporté dans cette aventure. Son parcours, il le qualifie d' "hératique". Après la case limitée de 5 heures d'arts plastiques par semaine au lycée, "plus pour dessiner que pour apprendre", il passe par l'étape bande dessinée, avec des gens qu'il rencontre dans ces cours, "pour ne plus jamais arrêter". Boulet passe par les beaux arts de Dijon, mais ne s'y éclate pas réellement. L'école est plus tournée vers l'art contemporain que la narration et l'illustration, qui l'intéressent davantage. Il y reste quand même un moment, apprend les bases du dessin et se rend aux Arts Déco de Starsbourg dans un atelier illustration fondé par "l'éminent Claude Lapointe" (qui a pris depuis sa retraite). En 1997, il se fait remarquer lors d'un concours de BD en Suisse et travaille alors pour Tchô, journal de Titeuf. Il y réalisera des séries pour la jeunesse comme Raghnarok, la rubrique scientifique... "C'est une période où je fais pas mal de festivals et de rencontres de gens de la profession".

C 'est la période également où il commence Bouletcorp "pile au moment où les blogs commençaient à intéresser. C'est l'occasion de vider les fonds de tiroir, de partager du contenu dont je ne savais pas vraiment quoi faire. Peu à peu, je me suis mis à dessiner pour le blog et c'est devenu ma première plateforme de diffusion. Si au début, c'est plus autobiographique, tiré de voyages, de trucs que j'ai vécu, ça devient peu à peu des billets d'humeur. On imagine des situations, on les développe, en se prenant comme base. C'est ce que j'appelle de l'autofiction, avec des situations qui me sont arrivées mais qui ont été exagérées, modifiées". Pour ceux qui ont envie de faire un blog, Boulet a une idée très claire sur la question : "Pour moi, un bon blog va au delà de l'autobiographie. Il doit y avoir une véritable recherche formelle, et un intérêt dans la narration. Il faut essayer de faire autre chose que ce qu'on sait faire. Le blog est un espace d'expérimentations où il n'y a pas de pression éditoriale. C'est l'occasion d'user de cette liberté".

Boulet ne se voit pas arrêter le blog : "On se met devant un public et on raconte. Il y a une interaction, une discussion avec le lecteurs. Je ne me vois pas faire sans. Ca me permet de toucher plus de gens, que je n'aurais pas rencontrés en restant sur le support papier. C'est la magie du web : c'est un contenu qu'on partage sur les réseaux sociaux, qu'on fait découvrir à d'autres". Comme quoi la BD mène à tout : "Grâce à ce support, j'ai rencontré des scientifiques, avec qui j'ai discuté physique quantique, parce qu'un prof avait vu que j'y faisais référence. J'ai rencontré des gens du CNES (l'agence française de l'espace), qui m'ont permis de faire un vol parabolique avec eux. Quel autre métier me permettrait de faire ça" ? s'interroge Boulet. Il n'y en a pas beaucoup. Un métier pas comme les autres qui le pousse aujourd'hui à se lancer dans un projet d'écriture d'improvisation, qu'il aimerait développer. Il écrit également un scénario qu'il proposera ensuite à un dessinateur. D'autre part, le volume 8 de Notes, tiré de son blog, sort le 2 octobre. Il ne lui reste plus qu'à se mettre au volume 9. De quoi l'occuper quelques temps. Après, de nouvelles questions se poseront. En attendant, il inspire des étudiants comme Luchie, révélation blog BD, également rencontrée au Festiblog 2013.